Partager cet article

Des time-lapse impressionnants réalisés à partir de photos piochées sur Internet

Une équipe de chercheurs a réussi à créer plus de 20.000 time-lapse à partir de 86 millions de photos.

D’habitude, si vous souhaitez réaliser un time-lapse, il faut placer une caméra ou un appareil photo à un endroit précis et filmer longtemps (parfois très longtemps). Mais une équipe de chercheurs de Google et de l’université de Washington a trouvé une façon beaucoup plus rapide de procéder en informatisant le procédé.

Le Washington Post explique de son côté que ces chercheurs ont pioché 86 millions de photos disponibles sur des sites comme Flickr ou Picasa et représentant les mêmes lieux. Après les avoir traitées (pour conserver le même cadrage et le même éclairage), puis les avoir triées de façon chronologique, ils ont obtenu 20.672 time-lapses représentant souvent des lieux touristiques. «L’Europe a la plus grande densité de time-lapse identifiés par le système, alors que l’Amérique du Sud et l’Afrique ont les taux le plus bas», note le journal américain.

Changements d'un lieu

Slate.com observe que, dans leurs choix de time-lapse, les chercheurs ont mis l’accent sur certaines catégories de sujets comme «les changements saisonniers, géologiques, ainsi que les projets de constructions ou les scènes de ville».

Évidemment, ces productions, qui contiennent environ 1.000 photos chacune, ne sont pas toujours parfaites ou intéressantes mais elles permettent de percevoir les changements d’un lieu sur plusieurs années. On peut ainsi observer un geyser dans le parc de Yellowstone, l’évolution annuelle de la végétation sur la fameuse Lombard Street à San Francisco, ou même la construction de la tour Goldman Sachs à New York dans les années 2000. Ricardo Martin-Brualla, membre de l’équipe de chercheurs, explique au Washington Post que «les chutes d’eau sont particulièrement intéressantes, car on voit les courants se créer et s’assécher».

L’équipe a d’ailleurs fait savoir qu’elle espère désormais développer ce projet afin de permettre la visualisation «sur de plus longues périodes, pour montrer des changements plus drastiques», qu'ils soient humains ou climatiques –les deux étant souvent liés.

Repéré sur Reader

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte