Partager cet article

Des biologistes expliquent pourquoi les mâles existent encore

Accouplement de scarabées japonais (Popillia japonica)  | David Hill via Flickr CC License by

Accouplement de scarabées japonais (Popillia japonica) | David Hill via Flickr CC License by

Il semblerait plus pratique d'avoir des espèces femelles qui se reproduisent par parthénogenèse. Mais la reproduction sexuée a des intérêts génétiques.

Les rapports sexuels sont une façon inefficace de se reproduire, et le fait que la reproduction sexuée se soit maintenue au cours de l'évolution ne va pas de soi. En effet, il serait plus pratique d'avoir une population entièrement femelle qui se reproduit sans sexe, comme le font les lézards fouette-queue. Ces reptiles originaires du Mexique se reproduisent par parthénogenèse, c'est-à-dire que leurs embryons se développent à partir de gamètes femelles non fécondés.

«Presque toutes les espèces multicellulaires sur terre se reproduisent par rapports sexuels, mais la persistence de ces rapports n'est pas facile à expliquer car la sexualité a de gros désavantages, le plus évident étant que seulement la moitié des enfants les filles peuvent aussi produire des enfants... Pour une espèce, quel est l'intérêt d'avoir des fils?» demande Matt Gage, un professeur à l'université d'East Anglia, en Angleterre.

Pour répondre à cette question, Matt Gage et ses collègues biologistes ont étudié 50 générations de scarabées pendant dix ans, rapporte The Telegraph. Dans leur article publié dans la revue Nature, l'équipe de chercheurs explique comment la sélection sexuelle permet de protéger une espèce de l'extinction.

Accouplements consanguins

Les auteurs de l'étude ont observé plusieurs groupes de scarabées: dans un groupe, les animaux n'avaient aucun choix de partenaire alors que, dans un autre, il y avait environ 90 mâles pour 10 femelles, donc l'embarras du choix pour les dames. Pour voir comment les scarabées résistaient à la consanguinité, les biologistes ont ensuite fait se reproduire entre eux des frères et sœurs.

Les groupes dans lesquels les scarabées avaient pu sélectionner leurs partenaires ont survécu à 20 générations d'accouplements consanguins. Ceux qui n'avaient pas eu le choix de partenaires ont disparu après 10 générations car ils avaient un plus grand nombre de mutations génétiques dangereuses qui se sont accumulées. La sélection sexuelle a permis de protéger l'espèce car les femelles ont pu choisir les mâles avec le meilleur profil génétique.

«Pour réussir à gagner contre ses rivaux et à attirer des partenaires avec lesquels se reproduire, un individu doit être dans l'ensemble compétent, explique Matt Gage. La sélection sexuelle procure donc un filtre important et efficace pour maintenir et améliorer la santé génétique d'une population.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte