Partager cet article

Les chèvres naines sont moins bêtes qu'on ne le pensait

She's Paprika | David Goehring via Flickr CC License By

She's Paprika | David Goehring via Flickr CC License By

Le mépris des humains envers les chèvres doit cesser. Ces bêtes ont des capacités cognitives que l'on retrouve chez des enfants d'1 an.

Les chèvres naines confirment l’adage selon lequel tout ce qui est petit est mignon. Mais on sait également depuis peu que ces bovidés ont –au moins– le niveau cognitif d’un enfant d’1 an, explique Science Mag. Une récente expérience, dont les résultats sont publiés dans la revue Applied Animal Behaviour Science, a montré qu’elles avaient conscience que les objets existent même quand elles ne les voyaient plus, une capacité appelée la permanence de l’objet en psychologie du développement et qui apparaît chez les jeunes enfants.

En plaçant de la nourriture sous des tasses opaques sous le nez des chèvres, les chercheurs se sont livrés à une sorte de démonstration de bonneteau et ont constaté qu’elles étaient capables d’identifier le récipient où la nourriture était cachée, même après plusieurs tours de passe-passe. Une deuxième expérience encore plus élaborée, du moins du point de vue d’une chèvre naine, consistait à changer la nourriture de récipient sous leurs yeux, puis à faire se croiser les contenants. Quand les tasses étaient de couleur et de forme différentes, les petits caprins se montraient capables de retrouver l’objet caché...

C’est la première fois que la capacité à garder trace d’un objet caché simplement par l’observation est constatée chez ces animaux. On savait auparavant que cette conscience de la permanence de l’objet existait chez les primates, les chiens et les chats.

Retour en grâce

Cette légère condescendance des humains lorsqu’ils évoquent les chèvres doit donc cesser. Car les chèvres, loin des idées reçues, ont déjà démontré par le passé leur intelligence et leur capacité dans la résolution de problèmes. Selon le Smithsonian Magazine, des chercheurs avaient en 2014 soumis certaines d’entre elles à un jeu dans lequel il fallait récupérer un fruit placé dans une boîte. Le but ne pouvait être atteint qu’à condition de résoudre un puzzle, dans ce cas tirer une corde pour activer un levier puis soulever celui-ci avec leur museau.

Après quelques essais, les animaux arrivaient pour la majorité d’entre eux à résoudre le problème (sauf quelques chèvres qui furent disqualifiées pour avoir tenté de faire un raccourci et une seule qui, après 22 essais infructueux, avait été considérée comme un cas désespéré). Dix mois après cette expérience, les candidates s’étaient montrées capables de récupérer le fruit en moins de temps qu’initialement.

La chèvre vit depuis quelques années un véritable retour en grâce culturel: cela a commencé en 2014 avec le jeu Goat Simulator, un simulateur de chèvre faisant n'importe quoi dans une ville, qui a connu un succès surprenant, générant plus de 2,5 millions de téléchargements toutes plateformes confondues. Depuis peu, une appli inutile, Goat Attack, semble elle aussi créer un certain émoi chez les geeks. Il s'agit d'envoyer sur le portable d'un ami un message contenant une photo de chèvre et un message humoristique associé. Gardons-nous de juger, mais précisons que l'envoi de message est payant.

Goat Attack.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte