Sciences

Nos amis les rats, ces animaux si altruistes

Temps de lecture : 2 min

Qui a dit que les rats étaient sales et méchants? Rémy, la star du film Ratatouille, inspire la sympathie des enfants. Et à juste titre: une expérience parue dans la revue Animal Cognition, et repérée par nos confrères de Slate.com, vient en effet de démontrer qu’ils étaient eux-mêmes capables d’empathie pour leurs congénères.

Voici ce que les chercheurs de l’université de Kwansei Gakuin au Japon ont imaginé comme dispositif, sachant que les rats détestent devoir nager. Dans une boîte séparée en deux compartiments, ils ont placé un rongeur dans de l’eau et un autre au sec, séparé du premier par une porte en plastique que lui seul peut ouvrir. Fait comme un rat, le malheureux n’a pour seule issue que la mansuétude de son compagnon… qui finit par le délivrer. Et ce, même lorsque les chercheurs ajoutent dans la boîte de l’animal au sec une porte menant vers un bout de chocolat, qu’il est alors obligé de partager: dans 50 à 80% des cas, il préfère d’abord délivrer son semblable.

Des expériences plus anciennes mettaient en avant ce caractère «empathique» du rat dès 1959, et ont été confirmées par une étude parue en 2011, où l’un des rats était enfermé dans une cage. Mais jusque là, selon Peggy Mason, une neurobiologiste interviewée par la revue Science, des commentateurs avaient souligné qu’il n’était pas possible de savoir si le rat était libéré parce qu’il souffrait ou parce son sauveur avait besoin de compagnie.

Cette dernière expérience montre, selon la scientifique, qu’il s’agirait plutôt de la première option, puisque le malchanceux n’est jamais libéré lorsqu’il est au sec, mais toujours lorsqu’il est dans une mauvaise passe. Et les rats qui ont déjà connu pareille infortune étaient aussi plus prompts à libérer leurs congénères: «Non seulement le rat identifie la détresse de son comparse, mais il est encore plus incité à agir car il se souvient d'avoir été dans cette situation», explique à Science Peggy Mason. De quoi regarder autrement ces petites bêtes lorsqu’elles viendront faire un tour dans votre cuisine…

Slate.fr

Newsletters

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

Pourquoi la sonde Parker ne va pas fondre près du Soleil

La sonde solaire de la Nasa est parti en direction de l'étoile ce 12 août.

On sait comment la lumière bleue abime les yeux

On sait comment la lumière bleue abime les yeux

Elle déclenche la création d’une molécule toxique pour la rétine.

Newsletters