Partager cet article

Réforme du collège: l’inconsolable chagrin des ex-bons élèves

REUTERS/Stéphane Mahé.

REUTERS/Stéphane Mahé.

La gauche, critiquée par les anciens premiers de la classe devenus les gardiens du temple d’une école révolue, a imaginé une réforme a minima, mais qui va dans le bon sens.

Le problème de l'approfondissement des inégalités sociales par l’école hante le débat français, tant ses retombées en cascade minent la cohésion du pays. La gauche invente une réforme du collège a minima, mais qui va dans le bon sens. C’est alors que le ciel lui tombe sur la tête.

Le ciel? Ou plutôt un tir groupé de toutes les autorités qui pensent détenir la science infuse pour élever le niveau des élèves. C’est le clan des ex-bons élèves, qui en chœur entament la ritournelle du «c’était mieux avant»: ceux qui faisaient partie des quelques 18% de leur génération qui obtint le bac général en 1968, ou des 22% en 1984, soit donc une petite minorité orientée vers l’enseignement général long à la fin du primaire. Le lycée était alors composé de «bons élèves», passés par les filières latin ou grec dès la sixième, et à qui l’on pouvait proposer un menu homogène qui se diversifiait selon que l’on était plus littéraire ou plus scientifique.

L’image du lycée des bons élèves férus d’humanités ou de culture scientifique des années 60-70 est facilement idéalisée par ceux qui l’ont connu. Aujourd’hui, ceux-ci sont les premiers à pousser les jeunes, et surtout leurs enfants et petits-enfants, dans cette direction, la voie du bac général, des options et des filières d’excellence, avec au bout si possible, non seulement le bac, mais surtout, nouvel insigne de distinction, un bac avec mention bien ou très bien. Donc tout ce qui ressemble à une révision des programmes, à un allègement de certaines matières au profit d’autres matières, à un changement dans les méthodes d’enseignement, est vécu comme un sacrilège ou un appauvrissement par ces anciens premiers de la classe devenus les gardiens du temple d’une école révolue: celle qui visait essentiellement à sélectionner une élite professionnelle –ingénieurs, médecins, architectes, cadres supérieurs… et évidemment, enseignants.

Un jalon supplémentaire

Depuis, démocratisation du savoir en bandoulière, on a créé, avec la loi Haby de 1975, le collège unique, destiné à conduire l’ensemble d’une génération jusqu’à 16 ans avec un solide bagage de savoirs. Parallèlement, on a développé d’autres types de bacs qui s’ajoutent au bac général, le bac technologique (1968) et le bac pro (1985): l’objectif de Jean-Pierre Chevènement, ministre de l’Education de 1984 à 1986, étant alors d’acheminer 80% d’une classe d’âge au bac. Trente ans plus tard, ce pari est en passe d’être atteint: en 2012, 38% des jeunes ont obtenu un bac général (objet de convoitise dans tous les milieux), 24% un bac pro et 16% un bac technologique. Parallèlement, l’enseignement supérieur s’est ouvert: 42 % des membres des nouvelles générations obtiennent un diplôme du supérieur.

Au fil de cette évolution, le collège unique a été sacralisé au nom des principes généreux et universalistes sur lequel il repose. Simultanément, il a toujours constitué un maillon faible du système scolaire en raison de la difficulté à traiter des populations de collégiens de plus en plus hétérogènes tout en garantissant les chances de tous, puisque c’est à partir des résultats du collège que s’organise l’orientation scolaire vers les filières du bac ou de la formation professionnelle. Parce qu’il est investi d’une mission périlleuse, l’histoire du collège unique est émaillée d’une succession de réformes sur les programmes et les méthodes pédagogiques, et depuis ses origines ce slogan est martelé: «un collège unique, mais pas un collège uniforme».

Ainsi, le projet de Najat Vallaud-Belkacem pose seulement un jalon supplémentaire à un mouvement continu de réformes élaborées depuis des décennies par les penseurs de la rue de Grenelle. L’idée d’agrémenter le socle commun de connaissances d’enseignements supplémentaires –les fameux enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI) et l’accompagnement personnalisé pour un volume de 4-5 heures/semaine, objets de tous les commentaires consternés–, n’a rien de révolutionnaire et s’inscrit dans la filiation des «itinéraires de découverte» initiés par Jack Lang en 2001. Il serait d’ailleurs stupéfiant que l’école échappe au mode de travail collaboratif alors qu’il se développe dans tous les secteurs de la société. Parallèlement, favoriser l’enseignement d’une seconde langue vivante dès la 5e pour tout le monde (au lieu de la 4e!), et donc supprimer les classes dites «bilangues», n’apparaît pas davantage comme le bouleversement du siècle: c’est plutôt une idée bienvenue à l’heure où le marché du travail des jeunes est devenu planétaire.

D’après une note du Centre d’analyse stratégique de 2013 qui se fonde sur des comparaisons internationales (notamment la Health Behaviour School-aged Children de 2010), il apparaît que le bien-être des enfants français à l’école diminue sensiblement à partir du collège et repart à la hausse à l’entrée du lycée. Le collège apparaît comme un univers particulièrement compétitif, de fortes tensions y règnent entre les élèves en fonction des résultats scolaires. 55% des collégiens pensent que leurs camarades sont gentils et coopératifs, un résultat bien modeste comparé à d’autres pays. Seulement un élève sur deux affirme que les enseignants s’intéressent à son bien-être, ce qui peut interloquer.

Le nombre de violences et de harcèlements est en hausse, y compris de cyber-harcèlements –il est un des plus élevés d’Europe–, les bons élèves étant situés en première ligne pour les brimades. Parallèlement, le collège est aussi un lieu où se défait la confiance en soi pour une partie des jeunes, complètement largués, qui voient se profiler à l’horizon les itinéraires de relégation ou le décrochage. Pour lutter contre ce climat, la note préconise, entre autres mesures, de systématiser les travaux collectifs entre les élèves pour favoriser le sens coopératif: c’est précisément un des aspects de la réforme.

Une ministre sur la défensive

Pour présenter son projet, la ministre a souvent paru camper sur la défensive. Elle a plusieurs fois évoqué l’ennui ressenti par une partie des collégiens –un argument qu’avait autrefois utilisé Jack Lang. Est-ce bien judicieux d’utiliser un terme qui suggère le désintérêt d’une fraction des collégiens pour le contenu des cours? L’ennui, de fait, recouvre des réalités plus complexes et parfois moins avouables, comme nous venons de le voir. Plutôt que de prendre de haut les réserves de ses adversaires et de cultiver une image d’héroïne défiant les conservatismes, la ministre aurait pu s’appuyer sur des travaux qui documentent avec précision les défauts et les contre-performances du collège aujourd’hui, et aurait pu faire appel au bon entendement des enseignants et des parents pour justifier la voie engagée. Quand on creuse les problèmes qui traversent le collège, c’est bien au delà des EPI qu’il faudrait réformer –au risque de chagriner encore davantage les anciens bons élèves.  

Faut-il conserver le collège unique –malgré les nombreuses critiques qui ont été exprimées à son encontre, y compris parmi les enseignants? Faut-il avancer l’âge d’inscription dans des formations professionnelles? Faut-il faire porter tout l’effort sur des processus de rattrapage des bases scolaires indispensables pour les jeunes en voie de décrochage? Faut-il proposer des parcours pour des métiers artisanaux ou artistiques, pour les élèves qui se sentent mal à l’aise dans l’enseignement du collège et qui attendent avec passivité la fin de cette phase de leur scolarité –une voie qui pourrait être envisagée à l’époque où les entreprises regardent du côté des makers ou des bidouilleurs informatiques? Faut-il davantage autonomiser les programmes et les méthodes selon les établissements scolaires –et donc lâcher radicalement la bride aux chefs d’établissements et des enseignants? Plutôt que de tout diriger par le haut, faire confiance au personnel enseignant, très bien formé en France et en contact quotidien avec les publics scolaires, trace évidemment la voie prometteuse.

Beaucoup de pistes méritent d’être expérimentées, tant la crise de l’école française est patente et connue dans toutes ses facettes, tant aussi les connaissances à acquérir et les méthodes de travail doivent s’adapter au monde de demain. Le projet de la ministre de l’Education nationale procède par touches: on garde le sacro-saint collège, on augmente le nombre d’enseignants, on ne touche pas à leur statut, on introduit une souplesse sur 20% du temps scolaire et on met l’accent sur les langues vivantes. En terme de charivari, il y a sûrement une grande marge de progression possible, et on ne peut qu’encourager Najat Vallaud-Belkacem à se montrer encore plus audacieuse.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte