Partager cet article

Le pétrole a tout actuellement pour rester moins cher longtemps

REUTERS/Peter Nicholls

REUTERS/Peter Nicholls

Les stratégies de conquête des grands opérateurs modifient les équilibres entre l'offre et la demande de pétrole. Face à cette tendance de fond, le marché devrait rester abondamment approvisionné, et les cours de l'or noir pourraient se maintenir autour de leur niveau actuel.

Les acteurs sur le marché du pétrole sont confrontés à de nouvelles équations liées à la baisse du prix du baril, une tendance engagée au milieu de l'année 2014 et qui n'apparaît plus comme un soubresaut saisonnier. Même s'il s'est un peu redressé par rapport au plancher de janvier, le prix du baril est encore 42% plus bas qu'en juin 2014, et la surabondance de l'offre le fait osciller à la mi-mai autour de 60 dollars.

L'excès d'offre fait chuter les prix

C'est d'ailleurs le niveau auquel les cours du pétrole devraient se stabiliser, d'après les experts de l'OCDE, devant l'Association des journalistes économiques et financiers (Ajef). Plus personne n'évoque à moyen terme les sommets de 140 dollars le baril et les projections au-delà. L'hypothèse d'un retour à court terme à un baril à 100 dollars est même évacuée. Pourquoi?

D'une part, les Etats Unis, devenus premier producteur mondial en 2014 grâce au pétrole non conventionnel, sont confrontés à des coûts de production plus élevés qu'au Moyen-Orient. Ce qui les empêche de participer à la compétition internationale lorsque les cours sont trop bas. C'est ce qui explique que, en avril notamment, l'extraction de pétrole brut américain a marqué le pas: les producteurs, sous les 60 dollars, ne gagnent plus d'argent.

Si le prix du baril devait grimper à nouveau, les Etats-Unis augmenteraient les quantités de pétrole mises sur le marché, recréant un excédent d'offre. Ce qui déclencherait mécaniquement un nouveau reflux des cours. La régulation du marché devrait donc s'opérer plus ou moins au niveau actuel.

D'autre part, les pays ont renouvelé leurs stocks et les opérateurs ne s'attendent donc pas à une demande accrue. L'Agence internationale de l'énergie (AIE) prévoit dans son rapport d'avril une production moyenne pour 2015 de 93,6 millions de barils/jour, en hausse de 1%. Les pays producteurs ne devraient pas aller plus loin, même si la production globale en mars a atteint 95 millions de barils/jour dont 32% pour les pays de l'Opep.

Enfin, l'Arabie saoudite qui fournit plus de 10% du pétrole mondial et ajustait jusqu'à présent sa production à la demande internationale pour soutenir les cours, a fait savoir  fin 2014 qu'elle ne jouerait plus ce rôle et continuerait d'alimenter le marché pour conserver ses parts de marché quel qu'en soit le prix. Cette décision est liée à plusieurs facteurs.

L'Arabie saoudite consolide ses positions

Premièrement, Ryad réagit à l'attitude d'autres producteurs qui, pour compenser la perte de recettes à l'exportation liée à la chute du prix du baril, poussent les feux dans l'approvisionnement du marché. Ce fut notamment le cas de la Russie et de l'Irak. Ainsi, en mars par rapport à l'an dernier selon l'AIE, la production mondiale de pétrole aurait été supérieure de 3,5 millions de barils/jour (dont 1,8 million provenant de pays non-Opep) à celle de mars 2014, alors que, dans l'intervalle, le prix du baril s'est effondré.  Ryad refuse de fermer les robinets quand d'autres les ouvrent. D'où la surabondance et la chute des cours, particulièrement préjudiciable pour la Russie qui puise dans les hydrocarbures plus de 50% de ses recettes budgétaires.

Deuxièmement, si l'Arabie saoudite est l'alliée des Etats-Unis au Moyen-Orient, Ryad ne peut suivre Washington sur le dossier iranien qui vise à mettre fin à l'embargo qui pèse sur ce pays. L'affrontement au Yémen entre les chiites houthis soutenus par l'Iran et la coalition emmenée par l'Arabie saoudite est un nouvel épisode du bras de fer entre les deux pays, avec Téhéran qui aspire à étendre son influence au Moyen-Orient et Ryad qui se considère comme le gendarme de la région. Dans ces conditions, s'agissant de pétrole, Ryad n'a aucune intention de risquer de perdre des parts de marché en réduisant son offre pour que son rival iranien puisse en conquérir de nouvelles.

Dans ces conditions, alors que la production de l'Irak a grimpé à près de 3,7 millions de barils/jour en mars et que celle de l'Iran se maintient à 2,8 millions au même niveau que le Koweit, l'Arabie saoudite n'a pas faibli, dépassant 10 millions de barils:jour sur un marché déjà en excédent.

L'abondance de l'offre pourrait même s'amplifier dans le cas où le processus de levée des sanctions aboutiraient, l'Iran ayant un potentiel de production de 3,4 à 3,6 millions de barils/jour, estime l'AIE qui rappelle que ces niveaux ont été atteints en 2012.

Reste à savoir si l'Opep parviendra à faire respecter les quotas attribués à ses membres. Et au cas où certains dérogeraient trop, l'Arabie saoudite dispose encore d'une capacité de 2 millions de barils/jour disponible pour inonder le marché et contraindre ses concurrents à une plus grande discipline. L'avertissement de Ryad vaut d'ailleurs aussi pour d'autres pays qui pourraient être tentés de produire et d'exporter plus. Qui, à ce jeu, tiendra le plus longtemps?

Les Etats-Unis dans une stratégie de conquête

Troisièmement, les relations entre les Etats-Unis et l'Arabie saoudite évoluent forcément du fait de la percée des Etats-Unis sur le marché mondial du pétrole. Au cours des dernières décennies, le premier consommateur d'hydrocarbures entretenait des liens étroits avec le premier producteur. Et, plaçant la sécurité énergétique au premier plan de ses préoccupations, Washington avait privilégié l'indépendance en interdisant l'exportation de pétrole brut.  

Mais l'exploitation du pétrole de schiste a changé la donne. Les Etats-Unis sont devenus l'an dernier le premier producteur de pétrole de la planète, et les pressions des producteurs ont été fortes pour recouvrer l'autorisation d'exporter. Aussi, au 31 décembre dernier, Washington a assoupli la règlementation, ouvrant la porte à une libéralisation des exportations.

Déjà premiers exportateurs de produits raffinés comme l'essence et le gazole, les Etats-Unis peuvent maintenant placer des produits très peu raffinés sur le marché international. Ils deviennent par là des concurrents directs de leurs alliés saoudiens, qui n'ont plus les mêmes raisons qu'autrefois de les ménager.

Toutefois, l'Arabie saoudite dispose d'une arme imparable: ses bas coûts d'extraction, deux à trois fois plus bas que ceux des Etats-Unis. Ce qui explique la stratégie Ryad pour sauvegarder ses parts de marché, entraînant un repli de l'extraction de pétrole non-conventionnel américain. Le recul est limité; il n'en est pas moins symbolique des nouvelles relations entre grands opérateurs sur le marché international du pétrole.

Une concurrence jusque dans l'Arctique

D'autres évènements montrent que le marché pétrolier est en pleine évolution, et que les équilibres qui ont prévalu depuis quelque quarante ans sont remis en question. La récente décision du gouvernement américain d'autoriser de nouveaux forages au large de l'Alaska dans l'Arctique est un nouvel épisode dans le panorama pétrolier qui aura des conséquences à long terme. La décision a d'autant plus surpris que, à la fin 2014, le président Barack Obama a interdit les forages dans l'une des baies de l'Alaska pour préserver une région écologiquement fragile.

Mais malgré les précédents accidents tels le naufrage du pétrolier Exxon Valdez en 1989, les pollutions dues à une maintenance défaillante des pipelines, ou l'échouage d'une plateforme pétrolière en 2013, Shell va pouvoir exploiter une concession. Celle-ci est ancienne, mais la compagnie avait été obligée de surseoir à ses projets à cause d'un moratoire instauré par Barack Obama après la catastrophe de la plateforme Deepwater Horizon exploitée par BP dans le golfe du Mexique. D'autres difficultés étaient apparues ensuite. Néanmoins, l'extraction de pétrole est déjà importante en Alaska, puisqu'elle assure 8% de l'approvisionnement du marché américain.

Dans le droit fil de la politique initiée au départ par ses adversaires républicains, le président démocrate ouvre ainsi la voie à une exploitation plus importante des réserves de l'Arctique, évaluées à 84 milliards de barils, selon les estimations de l'Institut français du pétrole (IFP). Ce qui devrait décomplexer d'autres pays également intéressés par l'or noir sous la calotte glaciaire, comme le Canada et surtout la Russie, qui a déjà engagé des opérations.

Toutefois, compte tenu des coûts élevés d'extraction du pétrole en off-shore profond dans une région où les conditions de travail sont particulièrement délicates, la production en Arctique ne pourra vraiment se développer que lorsque les prix de l'or noir seront revenus à des niveaux plus hauts qu'aujourd'hui. Mais d'ores et déjà, les Etats-Unis prennent date.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte