Parents & enfants / France

Une journaliste américaine explique comment les Français font pour gérer leurs trop nombreuses vacances

Temps de lecture : 2 min

Une correspondante de la radio publique américaine en poste à Paris se plaint d'avoir trop de congés.

Château de Lourmarin | decar66 via Flickr CC License By
Château de Lourmarin | decar66 via Flickr CC License By

On ne se lasse jamais des articles de correspondants étrangers qui décrivent à leurs lecteurs les particularismes de la société française avec l’enthousiasme d’un ethnologue qui vient de découvrir une nouvelle tribu. Cette fois, c’est Eleanor Beardsley, journaliste de la radio publique américaine, NPR, qui tente d’expliquer aux lecteurs américains un problème très français: comment faire dans un pays où il y a «trop de vacances».

La journaliste, qui réside en France et est mariée au journaliste français Ulysse Gosset, explique que les périodes de vacances sont calquées sur l’année scolaire, ce qui oblige les parents à se creuser la tête pour trouver des activités pour leurs enfants, sans même parler des budgets qu’ils doivent dépenser...

«Beaucoup de gens se rendent à leur maison de campagne s’ils en ont une», et d’ailleurs «c’est comme si tout le monde avait un château où se replier», lui dit pour plaisanter un ami américain. L’autre solution prisée consiste à mettre en contribution les «grandparents» (en mauvais français dans le texte), têtes blanches qui pullulent dans les rues des grandes villes à chaque période de vacances.

Mais, à côté de ces descriptions pittoresques, la journaliste analyse aussi ce que cet excès de vacances révèle des inégalités sociales dans le pays, vues depuis Paris où elle réside comme la majorité des journalistes étrangers: il y a d’un côté les privilégiés, ceux qui ont leur maison de vacances et un réseau de grands-parents pour les épauler, et les enfants pauvres, laissés pour compte de la société de loisir, descendants des immigrés africains et nord-africains, qui se contentent des centres de loisir municipaux.

Et en ce mois de mai ponctué de quatre jours fériés, l'auteure explique la notion de «pont» («making the bridge»!), puisqu'avec le jeudi férié de l'Ascension les Français prennent leur vendredi pour faire le pont.

Slate.fr

Newsletters

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

Les cours d'anglais ruinent-ils les chansons pop?

En théorie, elles sont plus sexy que les leçons de grammaire. En pratique, parfois beaucoup moins.

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

La santé mentale est aussi un facteur dans le choix d'avoir ou non des enfants

Pour les «childfree» qui invoquent des raisons d'ordre psychologique, c'est la double peine: aux injonctions de procréer s'ajoute le tabou des troubles mentaux.

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Dépenser pour travailler, le lot commun des profs

Afin de fournir à leurs élèves du matériel pédagogique, les membres du personnel enseignant avancent leurs propres deniers.

Newsletters