Partager cet article

À 102 ans, elle passe et obtient enfin sa thèse, rejetée sous le nazisme pour «raisons raciales»

Ingeborg Rapoport en 2009. REUTERS/Thomas Peter

Ingeborg Rapoport en 2009. REUTERS/Thomas Peter

Soixante-dix-sept ans plus tard, Ingeborg Rapoport, citoyenne allemande, a soutenu sa thèse de médecine devant un jury de l'Université de Hambourg.

À 102 ans, le 7 mai 2015, Ingeborg Rapoport a reçu dans son salon à Berlin trois professeurs de l'Université de Hambourg pour soutenir pendant 45 minutes la thèse qui lui avait été refusée en 1938, sous le IIIe Reich. Le Wall Street Journal raconte l'histoire de cette réhabilitation particulièrement tardive. Ingeborg Rapoport deviendra en juin la diplômée la plus âgée du monde. 

Ingeborg Syllm, de son nom de jeune fille, soumet une première fois sa thèse de néonatologie –étude consacrée aux nouveaux-nés– à l'Université de Hambourg à 25 ans. Elle a planché sur la diphtérie, une maladie alors mortelle pour beaucoup d'enfants en Europe et aux États-Unis. Mais sa mère est juive et, cinq ans après l'arrivée au pouvoir d'Adolf Hitler, la jeune femme voit sa demande rejetée: les autorités académiques de Berlin invoquent des «raisons raciales». On lui refuse le droit de présenter son travail à l'oral. «Une honte pour l'Allemagne est une honte pour la science», commente-t-elle.

C'est alors une pratique courante. Comme elle, plusieurs milliers de professeurs et d'étudiants non aryens sont renvoyés de l'université. Certains sont déportés. Le doyen de l'Université de Hambourg s'illustre particulièrement dans cette voie en déclarant «le premier institut national-socialiste de l'enseignement suppérieure du Reich» et en créant des unités de biologie de la race et de la loi coloniale.

Ingeborg Syllm part aux États-Unis en 1938, où elle termine ses études de médecine et entame une belle carrière. Avec son époux, Samuel Mitja Rapoport, elle se verra attribuer un Certificat de mérite de la part du président Truman pour leurs travaux sur la conservation du sang.

«Je ne me suis jamais sentie amer, témoigne la vieille dame. J'ai été affreusement chanceuse dans toute cette histoire.»

Proche du Parti communiste, le couple, et leurs bientôt quatre enfants, regagnent l'Europe en 1950.

C'est seulement il y a quelques mois que la question de la thèse non validée refait surface. Un ami de son fils Tom raconte l'histoire d'Ingeborg Rapoport à l'actuel doyen de l'Université de Hambourg.

Le docteur Uwe Koch-Gromus se saisit de ce cas. Pas plus qu'Ingeborg Rapoport il ne souhaite réparer l'injustice avec un doctorat honorifique. La retraitée a donc retravaillé son sujet de 1938, malgré ses problèmes de vue, et présenté une nouvelle version 77 ans après.

L'université prévoit une cérémonie le 9 juin. Avant Ingeborg Rapoport, le plus vieux diplômé de doctorat cité par le Guinness des records avait 97 ans.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte