Partager cet article

J’ai un cancer: écrivez-moi quand même

Une des «Empathy Cards» créées par la graphiste Emily McDoweel, qui a survécu à un cancer: «Je suis vraiment désolée de ne pas t’avoir contacté. Je ne savais pas quoi dire.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Une des «Empathy Cards» créées par la graphiste Emily McDoweel, qui a survécu à un cancer: «Je suis vraiment désolée de ne pas t’avoir contacté. Je ne savais pas quoi dire.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Une graphiste américaine a imaginé les cartes que les malades ont vraiment envie de recevoir.

Lorsqu’on diagnostiqua à Emily McDowell, graphiste de 24 ans installée à Los Angeles, un lymphome de Hodgkin au stade 3, elle dut subir neuf mois de chimiothérapie et de radiations avant d’entrer en rémission.

«Le plus difficile dans ma maladie n’a pas été de perdre mes cheveux, de me faire appeler “monsieur” par les serveurs de Starbucks ou les nausées provoquées par la chimio, écrit McDowell sur son site internet. Cela a été la solitude et l’isolement que j’ai ressentis quand beaucoup d’amis proches et de membres de ma famille ont disparu parce qu’ils ne savaient pas quoi dire, ou quand ils faisaient des commentaires absolument insupportables sans s’en rendre compte.»

La graphiste, qui a aujourd’hui 38 ans, n’est pas retombée malade mais l’impact émotionnel de cette épreuve est toujours là. Il lui a donné l’idée de créer une série de cartes qui vient de sortir –des cartes de vœux d’une grande franchise émotionnelle, qui disent les choses qu’elle aurait voulu entendre lorsqu’elle était malade.

«Je veux juste que tu saches que je suis totalement partante pour te conduire à ta chimio, faire le ménage chez toi, t’aider à choisir de jolies perruques, inventer des putains d’exercices de visualisation, et si tu me tords le bras j’irai jusqu’à m’étaler sur le canapé et regarder de la merde à la télé avec toi. Je sais. C’est un sacrifice que je suis prête à faire. Je t’aime.»  | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Pas de fausse gaieté

Elle espère que ces «Empathy Cards» vont fournir «de meilleurs outils, plus authentiques, pour communiquer autour de la maladie et de la souffrance» entre patients atteints de cancer, de maladies chroniques, mentales ou traversant d’autres épreuves, leurs amis et leurs proches. Elles sont tour à tour sérieuses et blasées, pleines d’humour mais sans fausse gaieté.

«S’il te plaît, laisse-moi être la première à cogner le prochain qui osera te dire que rien n’arrive par hasard. Je suis désolée que tu traverses une telle épreuve.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Une carte ‘fuck cancer’ part d’un bon sentiment mais cela ne m’a jamais vraiment aidée à me sentir mieux

Emily McDowell, graphiste à l'origine des «Empathy Cards»

Les cartes souhaitant un bon rétablissement «ne sont pas appropriées quand leur destinataire risque de ne pas guérir», écrit McDowell.

«Les cartes pleines de compassion peuvent donner l’impression à ceux qui les reçoivent que vous pensez qu’ils sont déjà morts. Une carte “fuck cancer” part d’un bon sentiment mais, quand j’avais le cancer, cela ne m’a jamais vraiment aidée à me sentir mieux. Et les blagues sur le fait de devenir chauve ou de se faire refaire les seins à l’œil, autour desquelles tournent les principales “cartes cancer”, ne m’ont jamais interpelée.»

«Je sais bien que #Fuck Cancer ne va pas t’aider à le surmonter. Je suis là si tu as besoin de moi.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

McDowell m’a confié dans un mail que, si cette idée de carte vient de sa propre expérience, elle a publié quelques esquisses sur Instagram pour avoir des retours pendant leur conception, ajoutant que, souvent, elle utilise le site comme «un genre de groupe de discussion pendant [qu’elle] je travaille, pour voir quelles idées résonnent chez les gens».

«Je suis désolée que tu sois malade. Sache que je ne tenterai jamais de te convaincre d’essayer un super traitement que j’ai vu sur Internet.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Le design des cartes est fidèle au style particulier de McDowell, caractérisé par des couleurs vives, une imagerie réduite au minimum et une police de caractère simple et agréable, qu’elle dessine à la main sur Photoshop avec un stylo numérique. Je lui ai demandé si elle accordait une importance particulière aux couleurs, aux images ou à d’autres éléments de design par rapport au sujet.

«La vie est une chienne, et promis je ne vais pas te raconter l’histoire du pote de mon cousin mort bouffé par un chien[1] | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

«Pour moi, les malades sont avant tout des personnes, alors je n’ai pas voulu aborder l’esthétique de ces cartes différemment du reste de ma collection, m’a-t-elle répondu. Elles se sont avérées un peu plus féminines que je ne l’aurais voulu ceci dit; les prochaines seront plus équilibrées d’un point de vue du genre.»

«Et encore une chimio de passée! Pour fêter ça, allons ingérer n’importe quel truc qui n’aura pas un goût dégueulasse.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

Je veux que les destinataires de ces cartes se sentent exister aux yeux des autres

Emily McDowell

Avec ces «Empathy Cards», l’objectif de McDowell est «de passer par la vérité et la connaissance de l’autre pour aider les gens à établir des liens», écrit-elle.

«Je veux que les destinataires de ces cartes se sentent exister aux yeux des autres, qu’ils se sentent compris et aimés.»

«Je jure de ne jamais comparer ta maladie à un «voyage». Sauf si quelqu’un t’offre une croisière.» | Avec l'aimable autorisation d'Emily McDowell

1 — Note du traducteur: oui, l’anglais parle de citrons, pas de chiens, ce qui explique l’iconographie de la carte. Littéralement, l’expression américaine à laquelle elle fait référence, «When life gives you lemons, make lemonade», signifie «quand la vie te donne des citrons (aïe, ça pique), profites-en pour fabriquer de la citronnade (et hop, on tire parti des épreuves de cette chienne de vie)». Une adaptation s’imposait. Retourner à l'article
 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte