Partager cet article

Symbole du luxe ou outil d'espionnage américain, l'Apple Watch inquiète en Chine

L'Apple Watch. REUTERS/Stephen Lam.

L'Apple Watch. REUTERS/Stephen Lam.

Apple a beau battre des records de vente en Chine, le dernier produit de la marque fait débat.

Wang Yinqi est présentatrice sur la chaîne de l'Etat chinois CCTV. Le 5 mai, alors qu’elle présente son bulletin d’informations, un téléspectateur repère l’Apple Watch qu’elle porte à son poignet gauche. Indigné par ce qu’il considère être une volonté de mettre en valeur sa vie luxueuse, il prend une photo et la poste sur Weibo, le Twitter chinois. Le site Foreign Policy explique qu’un débat a vite été lancé sur le luxe et ses excès dans la Chine d’aujourd’hui:

«Des messages et des articles postés sur Weibo le 5 mai ont accusé Wang “d’étaler sa richesse”. Certains utilisateurs de Weibo se sont mis à la critiquer aussi. “Les médias officiels devraient se montrer économes”, explique l’un d’entre eux, ajoutant que l’image des médias officiels et du gouvernement qui les contrôle sont liés.»

Il faut savoir que les montres de luxe sont devenues un symbole de corruption depuis l’été 2012, après plusieurs scandales impliquant des hommes politiques justement amateurs de ces accessoires. Foreign Policy précise que depuis ces affaires, le Parti communiste chinois a explicitement demandé à ses leaders de ne pas acheter de montres de luxe, ou au moins de ne pas les porter en public. D’où un certain mécontentement des internautes à l’encontre de la journaliste, qui représente aussi le gouvernement, et de ce que cela dit du fossé séparant les Chinois les plus aisés du reste de la population.

Si la gamme de prix de l’Apple Watch varie selon le modèle de 400 à plusieurs milliers d’euros, ce produit reste (pour l’instant en tout cas) hors de portée d’une grande partie de la classe moyenne chinoise. En revanche, quand Apple a mis en vente le modèle de luxe de sa montre en Chine (près de 20.000 euros), les stocks ont été écoulés par les Chinois les plus riches en moins d’une heure

Mais les débats autour de l’Apple Watch en Chine ne s’arrêtent pas là et ont pris une tournure géopolitique quand l'armée chinoise a annoncé qu’elle interdisait le port de la montre dans ses rangs, rapporte The Hill. Les 1,6 million de soldats n’auront pas le droit de la porter pour une raison simple: les autorités ont peur qu’elle ne soit qu’un moyen pour les Etats-Unis d’espionner les troupes, leurs mouvements, et de prendre des photos et des vidéos à leur insu. Le ministère de la Défense chinois a estimé que «l’utilisation de montres portables avec accès à Internet, aux informations sur la localisation et aux fonctions d’appels devrait être considérée comme une violation des règles de sécurité nationale quand elle est faite par des membres de l’armée».

Cette méfiance vis-à-vis de la montre va peut-être influer sur les résultats, jusque-là excellents, d’Apple dans le pays. Le Time expliquait il y a quelques jours, à l’occasion d’un voyage de Tim Cook en Chine, qu’Apple a augmenté ses revenus en Chine de 71% durant le premier trimestre 2015, dépassant leur croissance mondiale. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte