Sciences

On a trouvé pire prédateur que le vélociraptor: son cousin

Temps de lecture : 2 min

Vous n’auriez pas aimé avoir à affaire au Saurornitholestes sullivani.

Deux Saurornitholestes sullivani attaquent leur proie, un Parasaurolophus tubicen (illustration par Mary P. Williams, université de Pennsylvannie)
Deux Saurornitholestes sullivani attaquent leur proie, un Parasaurolophus tubicen (illustration par Mary P. Williams, université de Pennsylvannie)

Si vous êtes fan de la saga Jurassic Park, impossible d’oublier la scène traumatisante de la cuisine où les héros devaient se cacher sans un bruit pour ne pas finir entre les griffes de vélociraptors affamés. Cette scène, en attendant la sortie de la suite, Jurassic World, restera sûrement comme l’un des moments les plus terrifiants de la trilogie.

Et pourtant, un doctorant de l’université de Pennsylvanie vient de découvrir que le vélociraptor n’était pas ce qui pouvait arriver de pire aux héros du film de Steven Spielberg (au passage, le vélociraptor n’a pas vécu au Jurassique mais au Crétacé). «C’est un dinosaure que vous n’auriez pas voulu embêter», explique Steven Jasinski dans un communiqué de presse. Il parle ici du Saurornitholestes sullivani, une espèce qu’il a découverte en étudiant un fragment de crâne retrouvé au Mexique en 1999 et qu’on a d’abord attribué au Saurornitholestes langstoni.

ZME science note que ce dinosaure, cousin du vélociraptor, vivait il y 75 millions d’années, à une époque où l’Amérique du Nord était encore séparée en deux continents. Le jeune chercheur a également découvert que la zone dédiée à l’odorat était beaucoup plus développée chez cette nouvelle espèce, ce qui pourrait signifier qu’elle avait d’excellentes capacités dans ce domaine. «Cela a pu faire du Saurornitholestes sullivani un prédateur tout aussi intimidant», explique Steven Jasinski.

De plus, si ce dinosaure mesurait moins d’un mètre de haut pour 1,80 m de long, il était très rapide et agile et chassait probablement en groupe, ce qui en fait un prédateur bien plus effrayant que le vélociraptor. Les producteurs de la saga Jurassic Park sont prévenus.

Slate.fr

Newsletters

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

«Cette histoire de statues, ça me permet de vivre encore plus de sexe dans ma vie»

Ruth aime les statues, mais plus que vous l'imaginez. Le type d'attirance qu'elle ressent s'appelle du pygmalionisme (ou de l'agalmatophilie, au choix).

Newsletters