Partager cet article

Au Mexique, au Brésil, en Chine et en Corée du Sud, le prix de la junk food baisse, celui des légumes augmente

intercambio/ Nicolas via Flickr CCLicence By

intercambio/ Nicolas via Flickr CCLicence By

Et l'obésité bat des records.

En deux décennies, le prix des fruits et légumes a beaucoup augmenté, plus que toutes les autres catégories d'aliments, tandis que celui de la junk food a fortement diminué en Chine, au Brésil, en Corée du Sud et au Mexique. C’est la conclusion d’une étude de l’Overseas Development Institute (ODI, un think tank britannique qui travaille sur le développement international et les questions humanitaires), après analyse des prix alimentaires dans ces pays entre 1990 et 2012.  

Le rapport rappelle que l’obésité a des causes multiples: sédentarité, influence de la pub, développement du fast-food, et… évolution des prix des différents aliments et produits, qui influencent les achats, la consommation, et donc potentiellement le surpoids et les maladies liées à une alimentation trop riche. Ainsi, selon l’étude:

«Deux choses semblent évidentes. L’une est que les prix et les légumes ont significativement augmenté depuis 1990, autour de 2% à 3% par an en moyenne, ou de 55% à 91% entre 1990 et 2012. (…) L’autre est que pour quatre des six produits transformés pour lesquels les estimations sont significatives, les prix ont chuté depuis 1990. La plupart des autres aliments ont augmenté de 1% à 2% par an (…).»

Le prix de certains aliments transformés comme les plats préparés a chuté de 20% en valeur réelle (donc corrigée des effets de l'inflation). «Quand les pays deviennent plus riches, la junk food se fait plus bon marché, et l’obésité augmente», souligne l’étude.

Ces résultats sont de mauvaises nouvelles pour ces pays aux déjà forts taux d’obésité. Le Mexique est ainsi le pays «le plus obèse» du monde. Comme le souligne le Financial Times, «en bref, les marchés émergents suivent les tendances alimentaires malsaines du Royaume-Uni et des Etats-Unis –le prix d’une crème glacée a été diminué par deux au Royaume-Uni entre 1980 et 2012, par exemple, tandis que celui des légumes verts frais a triplé».

Plus précisément, en Corée du Sud, le prix du chou –l’ingrédient principal pour le kimchi, mets traditionnel– a grimpé de 60% entre 1975 et 2013. En Chine, le prix des légumes verts a doublé en valeur réelle au cours des deux dernières décennies.

Au Brésil, la prévalence des adultes en surpoids ou obèses a doublé depuis 1980. Et la consommation de produits «ultra-transformés» est passée de 80 kg par an en 1999 à 110 kg par an en 2013.

Le rapport ne s'attarde pas sur les causes de ces évolutions de prix, mais fait quelques hypothèses: les techniques agricoles plus sophistiquées, l'augmentation de la qualité, le contrôle de l’eau ou le fait que les fruits et légumes soient plus négociés qu’avant pourraient augmenter leurs prix. L’utilisation d’ingrédients bon marché et la réduction des coûts unitaires grâce aux progrès de fabrication sont sans doute des causes de la baisse des prix des produits fabriqués par l'industrie agroalimentaire. 

Au Mexique, où sept adultes sur dix et un tiers des enfants sont en surpoids, le gouvernement a déjà introduit en 2014 une taxe sur les boissons sucrées et les aliments très caloriques. Selon l’ODI, il faut observer les résultats de cette mesure, car des taxes sur les aliments transformés et très caloriques, en parallèle à des subventions pour des alternatives fraîches et végétales, pourraient constituer une politique publique efficace pour inverser ces tendances.

Début mai, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) a d'ailleurs mis en garde l’Europe contre une future «crise immense» de développement de l'obésité, et souligné la nécessité de mettre en place des «politiques urgentes pour inverser la tendance».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte