Partager cet article

Un journaliste avait prévu la surveillance sur Internet... il y a quarante ans

SDS-Sigma 7, premier ordinateur connecté à l'Arpanet en 1969 | Andrew FastLizard4 Adams via Flickr CC License by

SDS-Sigma 7, premier ordinateur connecté à l'Arpanet en 1969 | Andrew FastLizard4 Adams via Flickr CC License by

Tad Szulc s'interrogeait en 1975 sur la possibilité pour les agences gouvernementales d'utiliser l'informatique dans l'espionnage domestique.

Telle la Cassandre des temps modernes, le journaliste Tad Szulc du Washington Monthly nous a avertis de la possibilité de mettre en place un système de surveillance de grande ampleur sur Internet, et ce, il y a déjà quarante ans, rappelle Gizmodo. Nous sommes en 1975, Richard Nixon a dû démissionner, voilà un an, à la suite des révélations en série de l’affaire du Watergate et Arpanet, ancêtre d’Internet, existe depuis un soir de septembre 1969 et la transmission d’un message électronique entre deux universités californiennes, Stanford et UCLA.

Le décor étant planté, on comprend que ce réseau d’échanges de données informatiques n’a pas attendu la loi sur le renseignement de Manuel Valls pour être surveillé. Dans les années 1970, Arpanet est un système qui permet l’envoi, la réception et l’enregistrement de données scientifiques de l’armée. Il paraît donc normal que les institutions politiques et administratives aient alors la mainmise sur ce qui deviendra, quelques années plus tard, Internet. Mais Tad Szulc voit plus loin:

«Il n’y a pas d’élément pour dire, cependant, qu’Arpanet a été conçu dans un but relevant de la surveillance intérieure. Les dirigeants d’Arpa disent que le réseau n’a jamais servi à rien d’autre qu’à un échange informatisé de données scientifiques militaires entre les institutions composant Arpanet.


Mais la question subsiste: le prochain Nixon pourrait-il ordonner qu’Arpanet devienne un instrument de police, informant instantanément toute agence gouvernementale de tout ce qu’il y a à savoir à propos de tous les citoyens américains dont le nom a été enregistré quelque part?»

Trente-huit ans avant les révélations d’Edward Snowden concernant les menées de la NSA, c’est peu dire que Tad Szulc était un visionnaire. Dans sa série consacrée à l’histoire de l’espionnage sur Internet, Gizmodo examine d’ailleurs le rôle joué par la National Security Agency aux premiers jours de l’informatique. Surprise ou non: Edward Snowden n’était pas né que l’agence américaine avait déjà les yeux rivés sur les échanges de données sur la toile.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte