Partager cet article

Des objets connectés pour vous aider à améliorer votre réveil

:  Logo de GoogleMarcin Wichary via FlickrCC License by

: Logo de GoogleMarcin Wichary via FlickrCC License by

Le géant américain Google a récemment déposé un brevet pour un réveil s’adaptant à la qualité de votre sommeil.

Imaginez: votre nuit a été agitée, un cauchemar, une insomnie, et là, le bruit de votre réveil retentit, brisant le peu d’espoirs que vous aviez de récupérer quelques minutes de sommeil. Google pourrait vous aider à mettre fin à ces réveils douloureux. Le site Fortune rapporte qu’un brevet plutôt ambitieux vient d’être déposé par la firme californienne. «Le brevet est pour un appareil portable, comme un bracelet ou un vêtement avec des capteurs dedans, qui aident à ajuster l’heure de l’alarme selon “l’état du sommeil” de l’utilisateur. L’appareil utiliserait “le cœur, la respiration, ou la pulsation, les mouvements du corps…”». Le tout afin d’être en mesure de reprogrammer l’heure du réveil si besoin.

Google relance donc ses ambitions dans le domaine de la santé, espérant oublier les échecs du passé et tenir tête à Apple et sa montre connectée. Mais avec ce produit Google, la quantité de critères comptabilisés et la réputation de l’entreprise, le débat risque d’être relancé sur la collecte de nos données personnelles.

Le journal raconte que l’idée n’est pas nouvelle. D’autres marques proposent déjà des bracelets qui vibrent automatiquement à l’heure idéale en fonction du cycle du sommeil de la personne. Jawbone Up mesure les micromouvements durant votre nuit, et les envoie à votre téléphone qui les analyse. L’Android Market propose également des objets connectés similaires, en liaisons avec les téléphones portables. Le site VentureBeat expliquait que Microsoft tente également de s’infiltrer dans votre sommeil via son bracelet de fitness. Les utilisateurs pourront désormais comparer leur sommeil entre eux, notamment à travers des critères comme la restauration des ressources du corps. 

De manière générale, les chercheurs (et donc les entreprises) ont toujours été fascinés par la science du sommeil, et travaillent sur des innovations censées nous aider à passer une meilleure nuit: simulateurs d’aube, analyses de vos cycles de sommeil… Un jeune Français, inventeur d’un «réveil à parfums», avait même atteint en septembre dernier la finale d’un concours d’innovation… organisé par Google.

Reste un domaine encore difficile d’accès, celui des rêves. Mais là encore, des expériences se mettent en place. En 2013, l’AFP expliquait qu’une équipe de chercheurs japonais prétendait avoir mis en place un système de «décodage» des rêves à travers l’étude de l’activité cérébrale de cobayes. Les scientifiques espèrent s’en servir «pour analyser l’état psychique d’individus, comprendre des maladies psychologiques ou encore commander des machines par la pensée.» Si leurs travaux confirment leurs ambitions, pas sûr que les grandes entreprises du numériques passent à côté.

Cet article est publié dans le cadre d'un dossier innovation en partenariat avec le prix EDF Pulse, pour lequel plusieurs projets liés au sommeil étaient en lice, comme «Dreem» ou «Neuroon».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte