Culture

Le hip-hop a bien plus révolutionné la musique que les Beatles ou les Rolling Stones

Repéré par Vincent Manilève, mis à jour le 06.05.2015 à 14 h 26

Repéré sur The Guardian, BBC, Newsweek

Une étude explique que les deux groupes de rock n’ont fait que suivre des mouvements musicaux existants.

The Beatles arrive at John F. Kennedy International Airport, 7 February 1964 / Photographe inconnu via FlickrCC License by

The Beatles arrive at John F. Kennedy International Airport, 7 February 1964 / Photographe inconnu via FlickrCC License by

Quand on demande à quelqu’un ce qu’il pense des Beatles ou des Rolling Stones, il y a de fortes chances qu’il vous réponde qu’ils ont bouleversé le monde de la musique. Mais des chercheurs britanniques veulent relativiser ce constat et, quitte à choquer leurs compatriotes, vont même jusqu’à dire que le hip-hop a eu une influence bien plus importante dans l'histoire de la musique populaire que ces deux groupes mythiques.

The Guardian explique que les scientifiques ont analysé les tendances musicales figurant en tête des ventes entre les années 1960 et 2000.

«Pour la première fois, nous pouvons mesurer les ventes musicales sur une large échelle, explique Matthias Mauch, l’un des auteurs de l’étude. Nous pouvons aller plus loin que ce que les experts en musique nous disent, en regardant directement dans les chansons, en mesurant leur composition et en comprenant comment elles ont évolué.»

Selon les conclusions de l’étude, le raz-de-marée de la pop britannique du début des années 1960 a certes fait évoluer la musique, mais n’a pas provoqué de chamboulement dans les charts américains, car leur style musical existait déjà à l’époque. A l’inverse, «l’émergence du hip-hop, qui est arrivé dans les charts en 1991, a réinventé le paysage musical comme jamais auparavant», note The Guardian.

«Cette révolution est la plus importante, explique le docteur Mauch à la BBC. C’était tellement proéminent dans nos analyses, parce que nous avons regardé les harmonies, et le rap et le hip-hop n’en utilisent pas beaucoup. L’accent est mis sur la voix et le rythme. C’était une vraie révolution: tout d’un coup, c’était possible d’avoir une chanson pop sans harmonie.»

Newsweek explique que l’on peut également voir quand sont nés et «morts» certains genres dans la culture populaire. Ainsi, le jazz populaire a perdu 75% de visibilité en 50 ans, et l’année 1986 signe l’arrivée des boîtes à rythmes et des sampleurs, sans pour autant provoquer l’homogénéisation de la musique, que les chercheurs considèrent comme un simple mythe.

Cette étude fait néanmoins des sceptiques, comme le spécialiste Mike Brocken, interrogé par The Guardian. Selon lui, «la musique populaire ne peut pas être mesurée de cette façon», il faut aussi prendre en compte d'autres facteurs déterminants comme «la réception, l’économie politique, et les sous-cultures».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte