Monde

Les électeurs britanniques feraient peut-être mieux de ne pas voter pour leur parti

Temps de lecture : 2 min

Voilà le jumeau d'outre-Manche du «vote utile»: «le vote tactique».

Bureau de vote à Londres | secretlondon123 via Flickr CC License by
Bureau de vote à Londres | secretlondon123 via Flickr CC License by

Vous connaissiez le «vote utile», cette formule que des grands partis en difficulté servent à chaque grande élection pour éviter la dispersion des voix au sein de leur «famille» politique et sauver les meubles. Voilà son jumeau britannique, «le vote tactique», dont les subtilités vous sont rappelées par le Telegraph.

Le 7 mai, se déroulent les élections générales au Royaume-Uni, dont le but est d’élire les représentants à la Chambre des Communes, et donc de renouveler ou confirmer le gouvernement. Un seul tour, quatre pays, une infinité de circonscriptions et de candidats, ce scrutin est un rendez-vous politique très complexe.

De plus, il est loin d’être acquis qu’une majorité s’en dégage cette fois-ci. Les sujets britanniques seraient alors dirigés par une coalition. C’est dire si chaque siège au Parlement coûte cher. Raison de plus pour voter intelligent dans sa circonscription, selon la presse. Et voter intelligent, c’est parfois voter en faveur d'un autre parti que celui de son cœur pour faire barrage à l’adversaire héréditaire: le conservateur pour le travailliste et vice-versa. Le Guardian a même mis au point un «guide du vote tactique sans aucune garantie ».

1.La marche à suivre pour la formation d’un gouvernement travailliste

- Le quotidien a la gentillesse de rappeler que, le plus sûr, c’est encore de voter travailliste dans la plupart des cas.

- En Écosse, il faudra peut-être mieux jouer la carte des indépendantistes du SNP, pour espérer faire tomber le gouvernement conservateur de David Cameron à Londres. Ailleurs dans le Royaume-Uni, le Guardian conseille aux travaillistes de mettre un mouchoir sur leurs opinions et de voter pour les libéraux.

- Au sud-est, le pas semble plus difficile à franchir mais le Guardian affirme que l’électorat de centre-gauche ferait bien de s’en remettre à l’Ukip, un parti souverainiste situé très à droite de l’échiquier politique britannique.

- Un impératif en revanche: ne pas voter pour les Verts, un choix contreproductif qui entraînerait une dispersion des voix de la gauche.

2.Voter tactique pour faire gagner les conservateurs

- À nouveau, voter pour les conservateurs s’avèrera judicieux en général.

- Il faudra souvent soutenir les libéraux, en Écosse comme en Angleterre. Par exemple, à Sheffield Hallam au centre du pays, circonscription de Nick Clegg, leader du parti libéral-démocrate, la moitié des Tories est censée lui apporter ses suffrages pour éviter une victoire travailliste.

- Au nord-est de l’Angleterre, le bon plan c’est l’Ukip pour le conservateur. Sans ça, les travaillistes ont leur chance, notamment à Rotherham ou Great Grimsby.

Slate.fr

Newsletters

Quand le Québec file un mauvais coton

Quand le Québec file un mauvais coton

[BLOG You Will Never Hate Alone] Le Québec vient d'adopter une loi sur la laïcité. Quand soudain l'ennemi de la Belle Province n'est plus le colon anglais, mais une musulmane voilée.

L'histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l'administration Trump

L'histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l'administration Trump

Le New York Times a retrouvé le plus jeune enfant isolé de sa famille à la frontière mexicaine.

Le ministre de l'Intérieur Sérgio Moro n'est plus le sauveur du Brésil

Le ministre de l'Intérieur Sérgio Moro n'est plus le sauveur du Brésil

L'ancien juge aurait interféré dans une enquête pour que l'ancien président Lula ne puisse pas se représenter en 2018.

Newsletters