Santé / Boire & manger

Pourquoi les régimes ne marchent pas (une bonne fois pour toutes)

Temps de lecture : 2 min

Journal / Diary {March 2009} / sushi♥ina via Flickr CC License By
Journal / Diary {March 2009} / sushi♥ina via Flickr CC License By

Interviewée par le Washington Post, la chercheuse Traci Mann, qui enseigne la psychologie à l’université du Minnesota et s’est penchée pendant 20 ans sur les habitudes alimentaires, va peut-être vous libérer d’un poids (hihi), puisqu’elle affirme que les régimes ne marchent pas.

D’abord à cause de changements neurologiques: votre cerveau devient obsédé par la bouffe en période de diète. Plus vous persistez dans un régime, plus la valeur d’un aliment bien gras ou sucré prend de la valeur. Par ailleurs, le corps apprend à se contenter de moins de calories, et ce petit fourbe va recommencer à les stocker, annulant l’effet du régime, qui est précisément censé être l’inverse.

Autre limite, liée à ce qu’on appelle communément les régimes yoyo: les personnes considèrent qu’un régime s’arrête au moment où la période de privation ou de restriction prend fin. Or, explique la chercheuse, cette lune de miel nutritionnelle, souvent couronnée de succès, n’est que la première étape d’un processus plus long, qui inclut la période de reprise des habitudes précédentes.

Pire, la volonté n’est presque jamais récompensée par le corps humain. La chercheuse donne l’exemple concret d’une boîte de donuts lors d’une réunion, à laquelle on s’efforce de résister, ce qui demande un très grand niveau de contrôle de soi. Mais si on résiste 19 fois au donut et que l’on craque la vingtième, poursuit-elle, tous les efforts précédents sont ruinés.

«Si vous révisez pour passer un examen, et que vous passez 10 minutes pour aller sur Facebook, ces 10 minutes que vous gâchez n’annulent pas toute la révision déjà réalisée. Alors que pour la nourriture, quand vous connaissez ce seul moment de faiblesse, il défait tous les efforts réussis de volonté.»


Alors que faire? Se contenter de rester dans la limite inférieure de sa fourchette de poids, un objectif sain et aisément atteignable selon Traci Mann. Car les pratiquants du régime qui réussissent à vivre sous leur poids normal ne seraient que 5%, et à quel prix...

«Ils y arrivent, mais ils consacrent chaque minute de leur vie au fait de garder ce poids. Concrètement, ils passent leur vie entière comme une personne affamée, luttant contre la biologie et l’évolution.»

Bon courage malgré tout pour être «body beach ready» d'ici l'été...

Slate.fr

Newsletters

Le papillomavirus, tabou qui porte en lui des angoisses de maladie et de mort

Le papillomavirus, tabou qui porte en lui des angoisses de maladie et de mort

Le HPV concerne tout le monde, quelles que soient l'orientation et les pratiques sexuelles. Mais les langues sont encore loin de se délier sur le sujet.

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

L'austérité aussi est responsable de l'épidémie de rougeole

Tout n'est pas de la faute des anti-vaccins.

Une simple prise de sang pour prévenir la mortinatalité?

Une simple prise de sang pour prévenir la mortinatalité?

Les femmes à risque d'enfants morts-nés semblent présenter au moins cinq marqueurs spécifiques.

Newsletters