Sciences

Le zèbre, le tapir, l'hippopotame, le chameau sont menacés d'extinction

Temps de lecture : 2 min

Plusieurs scientifiques signent un rapport sur la situation critique des grands herbivores dans le monde. 60% sont menacés d'extinction, entraînant des conséquences grave sur leur environnement et pour les humains qui en dépendent.

Eléphants dans le parc national d'Amboseli, au Kenya. Benh Lieu Song via Flickr CC License by

Elépants, rhinocéros, gorilles et autres végétariens imposants disparaissent à grand train et les services qu'ils rendent à l'écosystème s'effacent avec eux. Le rapport «Collapse of the world’s largest herbivores»(«Effondrement des plus grands herbivores du monde»), publié dans la revue Sciences le 1er mai, dresse le bilan: 60% d'entre eux sont menacés d'extinction. Il s'agit de 74 espèces, incluant le zèbre, le tapir, l'hippopotame ou le chameau, victimes en premier lieu d'une chasse disproportionnée et de la destruction de leur environnement par l'homme.

Or, les chercheurs lancent l'alerte: ces animaux, essentiellement concentrés dans les pays en voie de développement, rendent de grands services. L'étude les qualifie d'«ingénieurs de l'écosystème». Les bisons permettent d'étendre les prairies, d'autres participent à la dispersion des graines.

Sécurité alimentaire

Ils profitent aussi à la faune, des plus petits herbivores aux carnivores qui s'en délectent. La situation critique des lions en Afrique de l'Ouest, par exemple, est en partie due à la chasse excessive qui réduit la population des grands herbivores.

Le péril menace aussi directement les humains, puisque la viande de ces grands animaux représente dans certaines régions un enjeu de sécurité alimentaire.

Le braconnage a sa part de responsabilité dans le massacre en cours. Quelque 100.000 éléphants ont disparus entre 2010 et 2012, rapporte le Washington Post, alors qu'en 2011, l'espèce des rhinocéros noirs d'Afrique de l'Ouest était déclarée éteinte. La faute à des prix ahurissants, regrettent les scientifiques: «Au poids, le prix des cornes de rhinocéros dépasse l'or, les diamants ou la cocaïne.»

Newsletters

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Fille ou garçon, et si c'était la pollution?

Selon une étude portant sur d'énormes bases de données américaines et suédoises, la proportion de bébés humains mâles et femelles a davantage à voir avec l'arsenic dans l'eau qu'avec la saison ou la météo.

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

Le nucléaire ne mérite pas cette si mauvaise réputation

[TRIBUNE] S'il s'agit de limiter les dégâts sur l'environnement et la santé humaine, cette source d'énergie est sans doute la plus opportune.

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Comment le cerveau des bilingues bascule d'une langue à une autre

Une nouvelle étude scientifique met en évidence la facilité déconcertante avec laquelle ce processus s'opère.

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio