Partager cet article

La fille qui mangeait les pommes de Tchernobyl

«Bionerd23» tourne d'étranges vidéos dans un des endroits les plus tristement célèbres du monde: la zone d'exclusion de Tchernobyl, l'une des plus contaminées au monde par la radioactivité.

Ces dernières années, une jeune femme connue seulement par son pseudonyme, «Bionerd23», a filmé, malgré le danger, d’étranges vidéos à l’intérieur et aux alentours de l’une des zones nucléaires les plus tristement célèbres au monde: la zone d’exclusion de Tchernobyl.

Rien ne semble trop radioactif ni trop risqué pour elle. Dans ces vidéos, elle se montre en train de s’injecter un radionucléide, le technétium, de manger des pommes radioactives cueillies dans un arbre à Tchernobyl, de se protéger d’un renard peut-être atteint de la rage, de ramasser à mains nues des fragments du combustible du réacteur de la centrale nucléaire.

Lorsqu’un poisson-chat anormalement gros apparaît face à l’objectif, elle explique calmement que ce n’est probablement pas un mutant: «s’ils sont si gros, c’est parce que personne ne les pêche», explique-t-elle à la caméra en regardant le poisson de presque deux mètres, la taille d’un requin, nager dans un étang à l’eau trouble.


Dans quelques-unes de ses vidéos qui ne sont pas en rapport avec Tchernobyl, on la voit en train de verser du mercure liquide sur ses mains nues, comparant cela au fait de fumer une seule et unique cigarette: ce n’est pas dangereux à petites doses, affirme-t-elle.

Ses vidéos les plus regardées répondent à un besoin d’expliquer pourquoi les choses que nous considérons communément comme dangereuses ne le sont pas, ce qui explique aussi pourquoi elle ne porte habituellement aucune protection.

En fait, il est si rare de la voir se protéger qu’elle commence certaines de ses vidéos par une explication sur les raisons pour lesquelles elle a ressenti le besoin d’enfiler ne serait-ce qu’une simple paire de gants.


Son secret? «Oublie tes peurs et tout ce que tu as entendu», nous a-t-elle écrit dans un e-mail.

Malgré un style qui détonne par rapport à celui de nombreux youtubers (avec un côté parfois presque robotique), Bionerd23 a acquis une certaine réputation dans les différents sites internet dédiés à l’exploration radioactive.

Depuis le printemps 2012, elle a posté plus de 60 vidéos sur YouTube, retraçant ses voyages dans l’enceinte et aux alentours de la centrale, mesurant les niveaux de radioactivité de divers débris, faisant fréquemment des expériences sur sa propre personne et mesurant sa propre radioactivité. Aucune n’a fait un véritable buzz, mais elles ne sont pas non plus passées inaperçues: ses vidéos les plus audacieuses sur Tchernobyl affichent quelque 100.000 vues, certaines deux fois plus.

Bionerd23 (comme elle veut qu’on l’appelle) est peut-être allemande, ou, du moins, a passé une grande partie de sa vie à Berlin. Elle est sans doute étudiante, mais on ignore où et dans quel domaine.

Nos questions sur sa personne (Qui es-tu? D’où viens-tu? Comment en es-tu arrivée à faire ça?) n’ont abouti à rien.

«Je ne parle pas de ça. Ça n’a aucun intérêt, nous a-t-elle écrit. On ne devrait pas adorer un ou une scientifique, mais son travail. La personne n’a aucune importance.»

Elle fréquente un forum appelé Fusor. La colonne à côté de chaque post permet aux utilisateurs de donner des renseignements personnels, comme leur véritable nom. Elle a laissé ce champ entièrement vide.

Mais son visage et sa voix sont bien connus de la communauté des fans de radioactivité. Elle est référencée dans plusieurs posts de blogs sur Internet et participe aussi activement aux commentaires sous ses vidéos, ce qui a pour effet de les rendre remarquablement polis par rapport à ce qui se passe habituellement sur YouTube. Les commentaires vont de suggestions étonnamment pointues sur la manière d’isoler chimiquement le graphite en utilisant de l’acide nitrique à des remarques de fans du type «Tu as déjà des superpouvoirs –t’es géniale!!!».

Tchernobyl est déjà devenu une sorte de destination touristique que l’on visite en autobus, mais Bionerd23 va plus loin que la plupart des visiteurs.

Couvrant 30 kilomètres autour du site du désastre de 1986, la zone d’exclusion de Tchernobyl est immense. Il est parfaitement légal d’y entrer et même de s’approcher de très près du réacteur, mais les visites sont lourdement réglementées et doivent se faire avec des guides officiels. Cependant, il n’est pas rare que des personnes pénètrent illégalement dans la Zone ou braconnent des animaux (cervidés, ours, renards, oiseaux…). Bionerd23 ne parle pas des questions de légalité dans ses vidéos, mais les recherches dans la Zone semblent de plus en plus prisées.

«Au départ, je m’intéressais juste aux radiations, à la contamination, mesurer ce qui se passe, écrit-elle. Mais maintenant, c’est parce que j’aime l’endroit.»

Sa spécialité est de déterrer des petits morceaux de Tchernobyl qui n’auraient jamais été vus sans cela.

Une de ses vidéos, intitulée «chernobyl 2013: radioactive ant bites & 115 mSv/h of pure gamma radiation»(«Tchernobyl 2013: piqûres de fourmis radioactives et 115 mSv/h de pures radiations») commence par un «Oh, putain, ouais. C’est chaud.». On la voit trouver un fragment d’uranium dans l’herbe à quelques kilomètres du réacteur, «gardé par des fourmis radioactives»


Habillée de vêtements aux couleurs militaires et armée d’une batterie de détecteurs de radioactivité, elle s’accroupit à un endroit et des fourmis se ruent sur ses gants (rarement portés) avant de la piquer. Le morceau d’uranium met immédiatement tous les compteurs au maximum, mais elle n’a pas peur. Au contraire, cela l’excite, comme en témoigne son «Yay!».


Elle ne craint pas les radiations ou le risque de développer un cancer, mais exprime certaines peurs concernant la détérioration des constructions de la Zone. «Il est assez peu sûr de rentrer dans certains bâtiments anciens, car ils commencent à tomber en ruines», a-t-elle écrit. Elle a aussi dit avoir assez peur des animaux porteurs de la rage. Dans l’une de ses vidéos les plus célèbres, on peut la voir barricadée dans sa voiture après avoir fui un renard roux qui, selon elle, se montrait bien trop confiant en présence d’humains.


Bien entendu, de nombreux commentateurs de YouTube ne manquent pas de relever le caractère dangereux des pratiques de Bionerd23, en lui demandant pourquoi elle prend le risque d’explorer des sous-sols en ruines dans la Zone. Elle répond fréquemment en citant Marie Curie:

«Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre.»

Ses raisons pour continuer à visiter Tchernobyl sont cependant plus personnelles.

«Si vous venez sur place et que vous découvrez la zone pour ce qu’elle est vraiment –une capsule historique–, vous comprendrez, a-t-elle écrit. Le temps s’est arrêté lors de l’explosion, et je ne parle pas uniquement des horloges… Si vous intégrez cela, vous pouvez comprendre le vrai sens de la Zone.»

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte