Tech & internet

Les Français, deuxièmes plus gros utilisateurs d'emoji sur Instagram

Temps de lecture : 2 min

Source: imgur
Source: imgur

Aller sur Instagram, ça peut parfois devenir un peu compliqué, quand on ne maîtrise pas les codes . Pour certains, c'est se retrouver confronté à des dizaines d'emoji et devoir les interpréter comme une langue étrangère qu'on a oublié d'apprendre à l'école.

Sur son Tumblr officiel, l'équipe ingénierie d'Instagram a constaté qu'en France, 50% des légendes étaient composées d'emoji. La France est juste derrière la Finlande (63%), mais devant d'autres pays comme l'Allemagne (47%), l'Espagne (40%) ou les Etats-Unis (38%). En général, c'est près de 40% du texte qui est composé d'emoji.

Et avec tous ces emoji, l'équipe des ingénieurs de l'application détenue par Facebook a remarqué qu'un nouveau langage était né, au cours de ces dernières années.

Au lieu d'utiliser «l'argot d'Internet» (lol...), les utilisateurs ont décidé de se concentrer sur les emoji, remarque The New York Times. Résultat, pendant que l'usage de l'argot diminue légèrement, celui des emoji augmente de façon significative:

«Ceci pourrait expliquer pourquoi vous voyez moins d'occurrences du mot "lol", dans des légendes de photos sur Instagram, alors que les emoji sont de plus en plus présents.»

Pour certains la traduction semble évidente. Ainsi pour les deux emoji les plus utilisés, on se retrouve avec des significations plus ou moins semblables. Sur leur Tumblr, les ingénieurs d'Instagram proposent les différentes traductions:

«(l'emoji le plus utilisé): lolol, lmao, lololol, lolz, lmfao, lmaoo, lolololol, lol, ahahah, ahahha, loll, ahaha, ahah, lmfaoo, ahha, lmaooo, lolll, lollll, ahahaha, ahhaha, lml, lmfaooo

(le deuxième emoji le plus utilisé): beautifull, gawgeous, gorgeous, perfff, georgous, gorgous, hottt, goregous, cuteeee, beautifullll, georgeous, baeeeee, hotttt, babeee, sexyyyy, perffff, hawttt»

Sauf que tout le monde n'a pas la même définition pour un même emoji. «On nous demande souvent la signification d'emoji comme », explique ainsi Thomas Dimson, l'auteur du post sur le blog ingénierie d'Instagram. Et comme il le détaille un peu plus loin, voici les divers sens cet emoji, par exemple:

«: #waitonit, #justwaitonit, #wonthedoit, #nuffsaid, #yeslawd, #youtherealmvp, #stayblessed, #thatisall, thou, #enoughsaid, leggo, #onlythebeginning»

Et puis, il y a ceux qui ont séché les cours de géographie et qui confondent le drapeau de la France et celui de l'Italie et qui placent Taïwan ou Pékin, au Japon:

«: paris, france, #eiffeltower, #paris, #france, louvre, italy, #montreal

: #japan, #osaka, #kyoto, #japanese, japan, taipei, osaka, beijing, taiwan, tokyo, #日本»

En revanche, le post d'Instagram ne mentionne pas le succès de l'emoji aubergine, banni à la fin du mois d'avril «car il est régulièrement utilisé pour des contenus qui violent le règlement». Rue89 expliquait alors:

«Buzzfeed, qui a repéré l’entourloupe, avance une justification: l’aubergine ressemble à un pénis. Le hashtag associé risquait de devenir un repaire de photos dénudées. Et ça, Instragam n’en veut pas. Le réseau social a d’ailleurs rappelé récemment ses règles en la matière, après avoir banni Rihanna pour des clichés peu habillés.»

Newsletters

Un algorithme pourrait-il prédire les nouvelles vagues de Covid-19?

Un algorithme pourrait-il prédire les nouvelles vagues de Covid-19?

Des scientifiques développent un algorithme utilisant les réseaux sociaux et d'autres données pour prévoir l'évolution de l'épidémie.

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

Quatre façons de prolonger la durée de vie de vos appareils technologiques

En cette période de récession provoquée par la pandémie de Covid-19, il est plus important que jamais de prendre soin de nos smartphones et ordinateurs.

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

Une université travaillant sur le Covid-19 se fait hacker et paie 1.140.000$

L'Université de Californie à San Francisco, une institution de recherche médicale, a payé la rançon pour éviter une cyberattaque du groupe de hackers Netwalker.

Newsletters