Partager cet article

Regarder un match de boxe et voir l'avenir

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas aux Etats-Unis. Mark J. Rebilas-USA/TODAY Sports/Reuters

Floyd Mayweather et Manny Pacquiao le 2 mai 2015 à Las Vegas aux Etats-Unis. Mark J. Rebilas-USA/TODAY Sports/Reuters

Se déroulait ce weekend le «combat du siècle» (finalement décevant): un combat de boxe opposant l'américain Mayweather au philippin Pacquiao, auquel ont assisté 16.800 spectateurs qui avaient acheté des places coûtant parfois plusieurs dizaines, voire centaines de milliers de dollars...  Les télespectateurs pouvaient, eux, regarder le match à la télévision pour 100dollars. 

Mais une journaliste de Mashable a, elle, décidé de le regarder via Periscope. Elle précise qu'elle avait l'intention de le regarder en rediffusion sur HBO, mais alors qu'elle se réveillait d'une gueule de bois, le match commençait: elle est allée voir sur Periscope qui filmait...

«J'ai allumé alors que nous étions au troisième round et j'ai pu voir des douzaines et des douzaines de combats en streaming, dans le menu "live" général. En me connectant à quelques flux, il m'est très vite apparu que certains filmaient simplement leur soirée entre potes, mais d'autres filmaient leur télévision, ou leur écran d'ordinateur en train de diffuser le match en temps réel». 

La journaliste note aussi que Periscope a beau être une application encore très américaine, les flux vidéo venaient de partout, y compris par exemple d'un poste de police en Afrique –elle ne précise pas le pays.

Légalité

L'application Periscope ne prend pas de risques, comme nous le précisions à sa sortie, elle précise à ses utilisateurs qu'ils sont responsables du contenu qu'ils diffusent:

«Tout contenu, qu’il soit publié publiquement ou transmis en privé, est de la responsabilité de celui qui l’a diffusé. Nous pouvons, mais ne sommes pas obligés, réguler ou contrôler les vidéos postées via Periscope mais nous ne pouvons être tenus responsables de celles-ci.»

Or toutes ces diffusions du match, censé coûter 100 dollars pour être vu à la télévision, étaient bien sûr illégales. La journaliste de Mashable précise que certains flux s'interrompaient régulièrement, fermés par Periscope ou à cause de problèmes de connexion, mais de nouveaux flux s'enclenchaient assez vite pour que l'inconfort de visionnage ne soit pas incommensurable. Elle-même a regardé la plus grande partie du match via un stream espagnol, qui comptait jusqu'à 10.000 personnes concomitamment.

Cela pose un problème immense de lutte contre le piratage, à l'échelle mondiale, explique Mashable. Mais cela ouvre aussi une nouvelle ère de visionnage plus «social» et plus «interactif» que jamais. 

+ de

+ de

+ de

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte