Partager cet article

L'annonce d'emploi incroyablement sexiste d'Alibaba

L'actrice Song Hye-kyo à Hong Kong le 15 avril 2007. REUTERS/Paul Yeung

L'actrice Song Hye-kyo à Hong Kong le 15 avril 2007. REUTERS/Paul Yeung

Reader.fr a repéré un article de Quartz, dans lequel est décrite une offre d'emploi pour travailler chez Alibaba, le géant de l'Internet chinois.

L'offre s'adressait à une femme qui prendrait le rôle de «programmer encouragement specialist»: soit spécialiste de l'encouragement des développeurs Web. L'annonce l'exprimait en ces termes:

«En quoi consiste le poste: encourager de manière efficace des équipes de développeurs, les rapprocher les uns des autres, et susciter un travail excellent et durable

Condition requise minimum: une beauté reconnaissable. Il ne s'agit pas d'être une bombe sans égal, mais de faire tout son possible pour inspirer les développeurs comme il faut.»

Quartz précise:

«L'annonce, apparue pour la première fois sur le site d'Alibaba le 29 avril expliquait que la "spécialiste" rejoindrait l'équipe de dingtalk, une application pour envoyer des messages qui appartient à Alibaba. L'annonce comparait la candidate idéale à la fois à la star porno japonaise Sora Aoi et à l'actrice coréenne Song Hye-kyo [photo ci-dessus]».

Après que la presse chinoise et les réseaux sociaux se sont emparés de l'affaire, Alibaba a supprimé l'annonce.

A Quartz qui a interrogé l'entreprise, un porte-parole d'Alibaba a répondu que le but était «une tentative de marketing humoristique, pour recruter des développeurs web de talent».

Le site de Bloomberg précise pourtant qu'Alibaba, si elle a supprimé l'annonce de départ, cherche toujours une «spécialiste de l'encouragement»... 

Interviewé, un développeur de 26 ans basé à Fujian a déclaré au site:

«Ce n'est pas seulement une insulte pour les femmes que de tels postes existent, c'est aussi une insulte pour les hommes, et spécifiquement pour les développeurs.»

Bloomberg rappelle aussi que l'annonce intervient alors que le monde des nouvelles technologies, aux Etats-Unis, a été très critiqué récemment pour son sexisme et les discriminations dont il fait preuve, «alors qu'Alibaba n'avait suscité que des éloges pour le nombre de femmes employées à des postes importants».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte