Partager cet article

De nouveaux documents montrent que la dépression d’Andreas Lubitz était connue de la FAA dès 2010

Andreas Lubitz lors d'un marathon à Hambourg, en 2009 | REUTERS/Foto-Team-Mueller

Andreas Lubitz lors d'un marathon à Hambourg, en 2009 | REUTERS/Foto-Team-Mueller

La Federal Aviation Administration américaine aurait longtemps hésité avant de lui accorder une autorisation pour piloter sur son territoire.

À la suite d'une requête publique dans le cadre du crash de l’avion de la Germanwings le 24 avril dernier, plusieurs documents mis à disposition montrent que la Federal Aviation Administration (FAA) avait soulevé des questions sur la santé mentale du copilote Andreas Lubitz dès 2010. À l’époque, elle avait refusé dans un premier temps de lui accorder un certificat de pilote pour qu’il continue sa formation dans l’Arizona, avant de se raviser quelques semaines plus tard après l’avis positif d’un spécialiste (à ne pas confondre avec la certification FAA, comme nous vous l'expliquions il y a quelques semaines).

CNN, qui s’est procuré les documents, explique que, «de janvier à octobre 2009, Andreas Lubitz a reçu un traitement psychothérapeutique, qui comprenait deux médicaments contre la dépression, Cipralex et mirtazapine, tous les deux antidépresseurs».

«L’usage de deux médicaments suggère qu’un seul médicament n’est pas suffisamment efficace, explique à CNN le docteur Jacqueline Brunetti, spécialisée dans l’examen des pilotes de ligne. Prendre deux médicaments peut signaler une incapacité à “gérer son quotidien et/ou les demandes domestiques”.»

«Dépression réactionnelle»

La date précise du début de la dépression n’est pas connue. En 2008, quand Andreas Lubitz entre à l’académie de vol très sélective de la Lufthansa, son bilan de santé est bon et ne signale aucun trouble. Mais, six mois plus tard, on lui diagnostique une «dépression réactionnelle», «un trouble enclenché avec des événements stressants ou traumatiques», explique le New York Times. Problème, note le journal, Andreas Lubitz aurait tenté de mentir dans un questionnaire de la FAA en juin 2010:

«Il a d’abord marqué “non” à une question lui demandant s’il avait déjà été traité pour troubles mentaux.»

Il a fallu qu’un docteur de la Lufthansa change sa réponse ensuite pour signaler les traitements dont il avait bénéficié.

CNN explique que, malgré son traitement et sa volonté affichée de reprendre le programme d’entraînement avec la Lufthansa, la division de certification médicale aérospatiale de la FAA a préféré lui refuser son autorisation de pilotage en juillet 2010. Elle avait mis en avant son passé de «dépression réactionnelle» et demandé un examen supplémentaire. Un médecin ayant traité Andreas Lubitz a alors écrit deux lettres pour souligner que le traitement avait été un succès et que son patient était désormais «mentalement stable».

Andreas Lubitz a ensuite reçu une autorisation de voler sur le territoire américain pour poursuivre sa formation. Il sera par la suite engagé par Germanwings, chez qui il deviendra copilote.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte