Monde

Si vous allez aux prochains JO d'hiver, faites attention à ne pas vous rendre en Corée du Nord

Temps de lecture : 2 min

Pyeongchang Republic of Korea via Flickr CC License by
Pyeongchang Republic of Korea via Flickr CC License by

Pyongyang? PyeongChang? La première est située en Corée du Nord, l'autre en Corée du Sud. Et ce pourrait être un petit problème pour les futurs spectateurs des Jeux olympiques d'hiver qui se rendront dans la seconde, en 2016.

Le Wall Street Journal est revenu, ce jeudi 23 avril, sur la mésaventure d'un Kényan, Daniel Olomae Ole Sapit, qui en voulant se rendre en Corée du Sud, à PyeongChang, pour une conférence sur la biodiversité, a finalement atterri... à Pyongyang.

L'homme a été détenu quelques heures avant d'être finalement relâché. Il a ensuite dû prendre un vol pour Pékin en plus d'une amende de 500 dollars pour être rentré sur le territoire nord-coréen sans visa.

C'est une personne travaillant dans une agence de voyage qui avait fait l'erreur entre les deux villes. Interrogée par le Wall Street Journal, elle explique qu'on ne lui avait donné que le nom de la destination —PyeongChang— et que le système de réservation l'a renvoyée vers la correspondance la plus proche de ce nom: Pyongyang.

«Les noms des deux villes sont très proches. Apparemment, c'est une erreur qui est souvent commise.»

Il n'existe en effet pas d'aéroport à PyeongChang. Pour rejoindre la ville organisatrice des prochains JO d'hiver, mieux vaut atterrir à l'aéroport international d'Incheon, à Séoul, qui se trouve à trois heures de route, ou à celui de Yangyang, qui se trouve, lui, à une heure, détaillait le comité organisateur dans son dossier de présentation.

Le Comité international olympique avait lui-même eu un peu de mal à faire la différence entre les deux villes, rappelait le New York Times après le choix, en juillet 2011, du CIO d'accorder à la Corée du Sud ses premiers Jeux olympiques d'hiver:

«Quand la ville de PyeongChang a présenté son rêve olympique pour la première fois, il y a douze ans, quelques membres du CIO l'ont confondu avec Pyongyang, la capitale de la Corée du Nord.»

Lors de l'annonce de la désignation de PyeongChang, racontait le Korean Times, en 2011, MSNBC, une chaîne américaine avait ainsi titré: «PyeongChang (Non, pas Pyongyang) accueillera les Jeux olympiques de 2018».

La version anglaise de Wikipedia rappelle également sur les deux pages de faire attention à la confusion.

Le Wall Street Journal explique que pour plus de clarté le comité d'organisation de PyeongChang avait pourtant modifié le nom de la ville en 2000, en rajoutant une lettre et une capitale. Jusque-là, elle s'appelait Pyongchang.

Et ces deux villes ne sont pas des exceptions.

«En 2008, Douglas Caldwell, président du Bureau des États-Unis pour le nommage géographique avait ainsi publié une étude indiquant que les deux Corées avaient plus de 13.000 noms de lieux en commun.»

Slate.fr

Newsletters

Le rapport Mueller va-t-il implicitement autoriser l'ingérence étrangère lors des élections américaines?

Le rapport Mueller va-t-il implicitement autoriser l'ingérence étrangère lors des élections américaines?

C'est en tout cas ce que laisse penser le résumé présenté par le département de la Justice, qui disculpe Donald Trump de collusion avec la Russie.

De plus en plus de villes américaines arrêtent de recycler

De plus en plus de villes américaines arrêtent de recycler

Depuis que la Chine a arrêté d'importer des déchets plastique et papier en 2018, des centaines de villes des États-Unis n'ont plus les moyens de recycler.

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

L'Union européenne sera-t-elle la grande gagnante du Brexit? (C'est bien possible)

La Grande-Bretagne est en train de perdre la bataille idéologique et économique contre une Europe qui ne s'est jamais sentie aussi forte.

Newsletters