Partager cet article

La foule vous rend anxieux? Essayez de devenir invisible

Kafka Invisible Man Monument / Jay Galvin via Flickr CC Licence By

Kafka Invisible Man Monument / Jay Galvin via Flickr CC Licence By

Qui n’a jamais rêvé de devenir invisible dans un moment de gêne intense?

Une nouvelle étude publiée dans Scientific Reports et rapportée par Nature affirme que se sentir invisible calmerait les nerfs de ceux que les interactions sociales font paniquer. Des neuroscientifiques de l’institut Karolinska (Stockholm) ont réussi à donner l’illusion à des personnes que leur corps était invisible.

Le magazine Pacific Standard rapporte que les chercheurs ont équipé 23 personnes de lunettes de réalité virtuelle et leur ont demandé de regarder leurs pieds pendant que quelqu’un appuyait sur leurs bras, leurs jambes et leur torse avec un pinceau. Avec son autre main, la personne dirigeant l’expérience reproduisait le geste dans le vide, devant une caméra qui envoyait cette image aux volontaires. L'effet était assez réaliste pour donner aux volontaires l’impression que leur corps tout entier était invisible, et même que celui-ci était creux. Puis, toujours grâce aux lunettes de réalité virtuelle, les sujets ont été placés face à une foule.

Selon Nature, les volontaires ont affirmé que la sensation d’invisibilité réduisait leur anxiété lorsqu’une foule d’inconnus les observait, ce qui a été confirmé par la mesure de leur fréquence cardiaque. Sur une échelle de 1 à 100, les participants ont évalué leur niveau de stress autour de 25 en moyenne lorsqu’ils se sentaient invisibles.

Henrik Ehrsson, qui a dirigé l'étude, pense que cette technique pourrait être utilisée pour traiter l’anxiété sociale, ce désordre qui nous fait rougir ou trembler en public. Nature rappelle que la thérapie comportementale cognitive permet déjà de traiter ce type d’anxiété en habituant les sujets à rester calme dans des situations sociales de plus en plus stressantes. La réalité virtuelle est déjà l'un des outils de cette thérapie. Les chercheurs suggèrent de procéder de la même manière en rendant les patients «de moins en moins invisibles», pour les habituer petit à petit au regard des autres. Cette étude permet aussi de mieux comprendre le syndrome du membre fantôme.

Mais les résultats de cette étude ont aussi une dimension morale. Les chercheurs comptent exposer leurs volontaires à des dilemmes moraux alors qu’ils se sentent invisibles pour comparer ensuite leurs réponses avec celles qu’ils auraient données dans un corps «normal». Ils pourront alors tester ce qu'ils appellent «l'effet de Gygès», du nom de cet anneau qui rend invisible, cité par Platon dans La République.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte