France

Le livre choc qui accable Aubry

Slate.fr, mis à jour le 09.09.2009 à 11 h 45

Hold-ups, arnaques et trahisons, écrit par Antonin André et Karim Rissouli, est un vrai roman d'espionnage. Sauf que le sujet du livre dont le site du Point publie en exclusivité des extraits n'est pas un remake de James Bond. Les journalistes d'Europe 1 et de Canal + dénoncent un système de fraude à grande échelle qui aurait permis l'élection de Martine Aubry au poste de première secrétaire du parti, en 2008 durant le Congrès de Reims, avec seulement 102 voix de plus par rapport à Ségolène Royal. Au menu de l'élection: «petits arrangements entre amis, magouilles et fraudes électorales».

A Lille notamment, fief de la première secrétaire, racontent les auteurs, «la victoire de Martine a été fabriquée de toutes pièces». Le livre relate également les consignes d'un de ses proches à une secrétaire de section lilloise: «On ne prend plus de gants, vous bourrez les urnes !». Selon les extraits publiés par Le Point, dans le Nord, ce cas n'est pas été isolé: «certaines voix, sous couvert d'anonymat, ont évalué l'ampleur de la fraude à 1.000 votes en faveur d'Aubry». Un autre extrait met sous accusation les résultat des sections de Anse-Bertrand et Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe, où Aubry aurait eu des victoires «trop» nettes. Le Point reporte «sur 48 inscrits, le PV de section attribue 36 voix à Martine Aubry et 1 voix à Ségolène Royal. Or le bureau d'Anse-Bertrand est resté fermé le jour du vote! (...) L'autre section litigieuse est celle de Pointe-à-Pitre: 190 inscrits. Sur les 173 votants, Aubry obtient 160 voix contre 13 à Royal».

Les auteurs, qui ont suivi les coulisses du PS depuis 2 ans, ne se limitent pas à dénoncer Aubry: Segolène Royal en prend pour son grade, accusée d'avoir été «soutenue par des fédérations aux pratiques douteuses, comme celles de l'Hérault et des Bouches-du-Rhône» et citent cette section "hors sol" de l'Hérault, dont les quelque 300 cartes échappent à tout contrôle».

Interrogés par Canal +, les deux journalistes ont affirmé détenir les preuves de leurs accusations mais ils ne les ont pas publiées par «courtoisie». La direction du PS n'a pas souhaité faire de commentaires, n'ayant pas reçu le livre. Laurent Fabius, invité mercredi matin sur RTL, a nié toute forme de trucage.  Segolène Royal a annoncé à France 2 qu'elle fera une déclaration dans quelques jours, n'ayant pas encore lu la totalité du livre, mais elle confie déjà ressentir «un choc en pensant aux dizaines de milliers de militants qui se sont fait voler leur vote. On savait que ça avait triché, mais pas avec cette ampleur ni avec ce système d'organisation».

[Lire l'article complet sur le site du Point]

Image de Une : Flickr/François Lafite

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte