Partager cet article

Periscope et Meerkat interdits en NHL: le sport professionnel protège ses revenus

Un vue aérienne de New York à travers les applications Périscope et Meerkate par Anthony Quintano Licence by

Un vue aérienne de New York à travers les applications Périscope et Meerkate par Anthony Quintano Licence by

La Ligue de hockey américaine a dit stop. Plus de Periscope, plus de Meerkat pour les journalistes accrédités. C'est le chef de la Ligue qui l'a fait savoir dans un memo le 21 avril.

«Pour rappel, le règlement média de la NHL interdit "toute retransmission non autorisée, toute photo ou autre représentation ou description d'une action de match, des informations sur le match, toute interview de joueur ou autre activité qui se déroule dans la patinoire... sans un accord écrit préalable de" la NHL ou de l'équipe en question. [...]

Toute retransmission streaming, tout diffusion d'images en violation avec les directives de la NHL (dont, par exemple, le streaming de ce qui se passe dans la patinoire 30 minutes avant le début de match) et avec les politiques d'accès pour les médias est expressément interdite.»

Pour comprendre pourquoi la NHL que Yahoo! décrit pourtant comme l'une des ligues les plus progressistes en matière de vidéos sur YouTube décide soudainement de taper du poing sur la table, il faut prendre ceci en compte, selon Greg Wyshynski, qui tient le blog Puck Daddy:

«Alors que j'écris ceci, Mike Babcock, l'entraîneur des Detroit Red Wings s'exprime sur la chaîne Periscope officielle de la NHL. Faites le calcul.»

Mashable l'a fait. Sur le site américain, JP Mangalindan explique qu'alors que Periscope a été lancé il y a un peu moins d'un mois, «les opportunités de sponsoring pour des organisations comme la NHL semblent sans limite: streaming des échauffements, interviews exclusives des joueurs et entraîneurs... la liste continue. Alors pourquoi céder ces opportunités (et futurs dollars) aux fans?».

La question du streaming des évènements sportifs avait été posée très vite après l'arrivée des deux applications. CNBC avait alors interrogé John Vrooman, un économiste du sport de l'université de Vanderbilt qui estimait qu'elles ne menaçaient pas –pour le moment en tout cas– les diffuseurs. Il envisageait même que ces organisations sauraient tirer avantage de ces arrivées.

En France, la Ligue de football professionnelle n'est pas très joueuse avec ses droits. En décembre 2014, alors que le site Internet des Cahiers du Foot avait annoncé qu'il avait reçu une mise en demeure «pour la Boîte à Gif», une de ses rubriques, la LFP nous avait expliqué:

«Il s'agit de notre procédure habituelle en cas de mise en ligne de vidéos illicites. On met en demeure pour que la vidéo soit retirée.»

Et Periscope n'a pas l'air de vraiment rigoler avec les histoires de copyright. L'application de Twitter a déjà supprimé les comptes d'utilisateurs qui diffusaient des épisodes de Game of Thrones. The Independent explique:

«Les restrictions incluent également le fait de filmer des choses dont les utilisateurs de Periscope n'ont pas les droits. Filmer des matchs de Premier League –et ce même si vous êtes au match–, constitue autant une violation du copyright. C'est la même chose pour les concerts.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte