Partager cet article

Twitter veut enfin s'adresser à tout le monde

REUTERS/Dado Ruvic

REUTERS/Dado Ruvic

Pour les non-twittos, ce réseau social peut sembler exclusif et peu clair. Sa nouvelle page d’accueil pourrait le rendre plus accessible, et bouleverser, à terme, nos habitudes de consommation de l'information.

Twitter.com est un terrain vague et stérile.

Laissez-moi nuancer cette déclaration. Pour les 20% d'adultes américains environ qui alimentent activement des comptes Twitter, ce site est un fleuve débordant d’observations narquoises, de liens édifiants et de dépêches en temps réel venues du monde entier.

Mais ils sont une minorité. Pour la grande masse des internautes, Twitter ne propose rien de tout cela. Allez sur la page d’accueil, vous n’y retrouverez guère plus qu’une photo en arrière-plan, quelques lignes de texte et une invitation à vous connecter ou à vous inscrire. Si vous cliquez sur le lien menant à un tweet ou à une page de profil, vous vous retrouverez bloqué faute de montrer patte blanche.

La page d'accueil actuelle pour les utilisateurs non-inscrits

Selon les chiffres fournis par Twitter, 500 millions de personnes passent sur le site chaque mois sans être inscrites. Quelque 150 millions d’entre elles viennent directement sur Twitter.com, ce qui fait de sa page d’accueil l’une des pages les plus populaires du Web. Cela représente une audience potentielle énorme pour une entreprise critiquée pour ses tentatives désespérées d'attirer de nouveaux membres. Et pourtant, pour ceux qui n’ont pas de compte, Twitter.com ne donne pas l’impression d’être un point de chute. Plutôt une impasse.

Cette situation va enfin changer. Twitter va lancer dans les prochains jours une nouvelle page d’accueil pour les visiteurs non-inscrits, m’ont confié des sources de l’entreprise. Au départ, elle sera disponible pour tous les utilisateurs d’ordinateurs des versions en anglais du site. Et elle ressemblera beaucoup –sans être parfaitement identique– à celle que l'entreprise a testé discrètement auprès d’un petit groupe d’utilisateurs ces derniers mois.

La nouvelle page d’accueil de Twitter pour les visiteurs non-inscrits.

Autre vue de la nouvelle page d’accueil de Twitter, qui espère attirer les visiteurs non-inscrits que l’idée de créer leurs propres flux personnalisés n’intéresse pas.

Le lancement de la page d’accueil sans connexion marque l’une des premières grandes étapes d’une initiative à l’échelle de toute l’entreprise de repousser la portée de Twitter loin au-delà de sa base d’environ 288 millions d’utilisateurs actifs dans le monde.

D’autres prennent la forme d’«instant timelines» qui accueillent les nouveaux membres avec des flux de tweets générés par des algorithmes dès leur inscription, et une nouvelle page de recherches pour mobiles qui montre les trending topics accompagnés d’un contexte utile.

Ces changements interviennent alors que Twitter est en train de retirer son infructueux onglet «Découvrir» sur mobiles, ignoré de toute façon par la plupart des utilisateurs.

D’autres changements sont attendus pour les mois à venir. Au final, a confié Dick Costolo, PDG de Twitter, à ses investisseurs, l’objectif est d’attirer «la plus vaste audience quotidienne du monde».

Voilà une ambition plutôt exaltante pour une entreprise dont la base d’utilisateurs actifs représente moins d’un quart de celle de Facebook, le réseau social auquel elle est souvent injustement comparée. 

Si Facebook a atteint une quasi-ubiquité chez les internautes de nombreux pays, Twitter est resté le domaine d’un noyau de twittos et d’utilisateurs relativement dévoués. Beaucoup l’ont essayé et l’ont trouvé peu clair, frustrant ou simplement inutile à leur vie trépidante. Tout le monde a des amis, mais tout le monde n’a pas –ou ne veut, ou n’a pas besoin– de followers.

La plupart des gens ne tweeteront peut-être jamais, mais ça ne dérange pas Twitter

 

Et pourtant, l’objectif de Dick Costolo pourrait s’avérer plus réaliste qu’il n’en a l’air. Comme je l’ai déjà longuement évoqué, Twitter est foncièrement différent de Facebook –c’est davantage une plateforme de médias qu’un réseau social. La plupart des gens ne tweeteront peut-être jamais, et ça convient très bien à Costolo. Mais parce que les tweets sont publics par défaut, ils peuvent toucher une audience bien plus large que les posts de Facebook, notamment des gens qui n’ont aucune intention de devenir des twittos actifs.

Lors de l’année écoulée, Twitter a fait mine de s’intéresser à ses «utilisateurs non-inscrits» et à leur valeur d’audience potentielle. En réalité, sa page d’accueil dépouillée s’érigeait en symbole de sa froideur à leur égard. L’approche restrictive, qui requiert des visiteurs qu’ils s’inscrivent avant de pouvoir faire quoi que ce soit, a fonctionné pour Facebook parce que les gens s’inscrivaient réellement. Pour Twitter cependant, la barrière de l’entrée s’est avérée trop haute à franchir. Avec sa page d’accueil sans inscription, il commence enfin à l’abattre.

J’ai eu l’occasion d’essayer une version inachevée de la nouvelle page que j’ai trouvée d’une simplicité séduisante et intuitive, sans être précisément époustouflante. C’est quoi qu’il en soit un immense progrès par rapport à ce qui s’y trouvait auparavant (presque n’importe quoi l’aurait été). Et j’imagine que l’entreprise va l’améliorer rapidement à mesure qu’elle collectera des données sur ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas.

Pour l’instant, la page affiche deux colonnes centrales d’images cliquables avec des titres comme «artistes pop», «actus business» et l’incontournable «animaux mignons». Ne manquant jamais une occasion de flatter les médias qui parlent de lui, Twitter propose également bien en évidence une catégorie appelée «blogs et journalistes tech» dans la version que j’ai vue. Il y a aussi à gauche une section pleine de texte avec des catégories plus vastes comme «style de vie» «humour et nouveauté» et «gouvernement et ONG». Les invitations à se connecter et à s’inscrire sont toujours là, mais elles sont modestement reléguées dans la colonne de droite.

Twitter n'essaie plus d'imiter Facebook

En cliquant sur l’un des titres, on se retrouve sur une page qui ressemble fort aux timelines de tweets que connaissent bien les twittos. La différence est que les tweets que vous voyez ne sont pas fondés sur les personnes que vous suivez. Ils sont piochés par des algorithmes de Twitter dans un groupe de comptes célèbres de la catégorie en question, et tous les utilisateurs non-inscrits voient les mêmes tweets au même moment.

Les critères d’inclusion dans les flux ne sont pas clairs, mais les tweets que j’ai vus penchaient vers les sujets d’actualité et d’un certain intérêt visuel, et tous avaient été retweetés ou inclus dans les favoris de dizaines, voire de centaines d’utilisateurs.

Il est intéressant de noter qu’ils apparaissaient dans un sens antéchronologique, conservant ainsi une caractéristique fondamentale de l’expérience Twitter, même si évidemment ils n’apparaissaient pas en temps réel (le tweet le plus récent quel que soit le flux avait au moins 10 minutes).

Dans le futur, les gens iront peut-être sur la page d'accueil de Twitter pour suivre une actualité chaude, comme ils le font aujourd'hui en allant sur un site de news

 

Sous cette première forme, la page d’accueil pour les non-twittos reste loin d’être une destination Internet satisfaisante par elle-même. Essayez d’utiliser un favori, de retweeter ou de répondre, et vous vous retrouvez rapidement devant la vieille barrière «inscription ou connexion».

Cliquer dans les flux de topics est amusant pendant quelques minutes, mais le contenu est trop léger pour conserver l’attention du visiteur moyen très longtemps ou pour l’inciter à revenir régulièrement sur le site. On est loin de YouTube, cette plateforme de médias sociaux qui compte parmi ses fidèles des légions d’utilisateurs non-inscrits. Les utilisateurs de Twitter les plus actifs ne le verront sans doute pas du tout, à moins de le chercher, ce qui paraît fort improbable. Le Twitter avec inscription reste une bien meilleure expérience, pourvu que vous consacriez le temps nécessaire à suivre les gens qui vous intéressent.

C’est cependant un signe que Twitter n’essaie plus d’imiter Facebook. Il commence à accepter son rôle de destination à l’intention d’internautes qui ne seront jamais des twittos actifs (il commence également à envisager l’idée de faire de la publicité pour des gens qui n'utilisent pas Twitter). Et on imagine facilement une expérience Twitter pour non-inscrits qui évoluerait à l’avenir pour inclure des événements en direct et des trending topics.

D’ici quelques années, peut-être les non-twittos iront-ils sur Twitter.com pour obtenir des infos en temps réel sur une actu brûlante exactement comme ils le font aujourd’hui lorsqu’ils se rendent sur CNN ou NYTimes.com.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte