Société

Pendant la Première Guerre mondiale, des scientifiques sont morts pour protéger les soldats du gaz

Temps de lecture : 2 min

Les chimistes ont dû donner de leur personne pour mettre au point des masques à gaz efficaces.

Mettre un masque à gaz (affiche pédagogique de la Première Guerre mondiale) | National Museum of Health and Medicine via Flickr CC License by

Le 22 avril 1915, l’armée allemande déverse 150 tonnes de gaz chloré sur les lignes françaises: 1.000 soldats en mourront. Aussitôt, les soldats avec une formation scientifique (ou du moins des notions) présents sur le front se saisissent du problème. Des recherches qui coûteront la vie à plusieurs d’entre eux, rappelle le Guardian.

Les solutions proposées passent d’abord par le port de divers tissus absorbants humidifiés pour couvrir la bouche. Winston Churchill, alors premier Lord de l’Amirauté, encourage, via le Daily Mail, les femmes britanniques à fabriquer des rembourrages en ouate et à les faire parvenir aux troupes. Problèmes: l’accessoire n’est d’aucune utilité et, pire, une fois mouillée, la ouate empêche les hommes de respirer.

Sur le front et à l'arrière, les chimistes commencent à mettre au point et tester des masques à gaz plus efficaces. Mais, à l’époque, l’expérimentation sur les animaux est très mal vue. Ils doivent donc donner de leur personne. Ils inhalent régulièrement des gaz toxiques utilisés sur les champs de bataille et en paient vite le prix: difficultés respiratoires, faiblesse physique...

C’est à Edward Harrison que revient le mérite d’inventer le masque à gaz. Il meurt emporté par la grippe, affaibli par son exposition prolongée aux gaz. Son collègue, William Watson, chargé d’analyser les produits allemands, connaît un sort similaire. Il décède à cause de l’accumulation de gaz toxiques dans son organisme.

Newsletters

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Pourquoi tant de vélos finissent-ils au fond de l'eau?

Accidents ou vandalisme: les fleuves deviennent des cimetières aquatiques pour bicyclettes.

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Chaleur et libido, un cocktail trop hot

Pas toujours évident de s'amuser par plus de 40 degrés... Mais ce serait tout de même dommage de s'en passer. 

L'acné adulte existe aussi et la plupart des gens ne savent pas quoi faire

L'acné adulte existe aussi et la plupart des gens ne savent pas quoi faire

On associe souvent l’acné aux poussées d’hormones adolescentes mais que se passe-t-il à l’âge adulte? 

Podcasts Grands Formats Séries
Slate Studio