Économie

Greenspan: «il y aura d'autres crises financières»

Temps de lecture : 2 min

«Il y aura d'autres crises, mais elles seront différentes», prévient Alan Greenspan, ancien président de la Réserve fédérale américaine (Fed), dans un entretien exclusif accordé à la BBC. Surnommé le «maestro», vanté pour sa capacité de 1987 à 2001 à enrayer les crises financières, l'étoile d'Alan Greenspan a nettement pâli au cours des dernières années et beaucoup lui reprochent à la fois d'être à l'origine de la bulle immobilière américaine et ensuite de n'avoir rien fait pour l'empêcher de prendre des dimensions incontrôlables.

«Bien sûr les crises financières sont toutes différentes, mais elles ont une origine fondamentale», explique M. Greenspan. «Il s'agit de la capacité inextinguible des êtres humains quand ils sont dans de longues périodes de prospérité à considérer qu'elles ne vont jamais s'arrêter».

Un an après la faillite de la banque d'investissement américaine Lehman Brothers qui a été suivie d'une crise financière et d'une récession mondiales, Alan Greenspan analyse ce qui s'est passé comme un reflet de la «nature humaine». Il reconnaît que la crise «est de celles qui ne se produisent qu'une fois par siècle» et qu'il ne s'attendait pas à en être le témoin.

Pour autant, M. Greenspan se défend de toute responsabilité. «C'est la nature humaine. Tant que personne ne trouve le moyen de la changer, nous aurons encore d'autres crises». Il reconnaît que le déclencheur de la crise a été le marché américain des crédits immobiliers à risques, les «subprimes», mais estime, en se justifiant, que de nombreux autres éléments auraient pu provoquer la crise. S'il n'y avait pas eu de problèmes avec cette dette toxique: «tôt ou tard quelque chose d'autre aurait émergé».

«Les banquiers savaient tous qu'ils sous-estimaient les risques et qu'à un moment il y aurait une correction. Mais je crains qu'un trop grand nombre d'entre eux ont cru qu'ils seraient capables de s'en sortir juste avant», souligne Alan Greenspan.

Il se montre raisonnablement optimiste pour l'avenir et considère que même si «le processus est difficile», l'économie mondiale remontera la pente. Il met en garde contre le protectionnisme et des régulations trop sévères qui auraient pour effet de réduire le développement du commerce mondial.

«Les récentes tentatives pour re-réguler sont une réaction à la crise. L'impact considérable des marchés globalisés fait penser à de nombreuses personnes dans la finance qu'elles ont perdu tout contrôle. Le problème, c'est que vous ne pouvez pas avoir de liberté du commerce avec des marchés domestiques fortement régulés».

[Lire l'article complet sur BBC News]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Alan Greenspan Kevin Lamarque / Reuters

Newsletters

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Une vie sauvée vaut 37 fois le coût du sauvetage par les pompiers

Dans les Bouches-du-Rhône, une opération sanitaire permettrait d'économiser, en moyenne et en valeur de vie humaine, 38.991 euros.

L'austérité salariale, nouveau graal de la politique économique

L'austérité salariale, nouveau graal de la politique économique

Comment évolueraient les taux d'intérêt en cas de reprise de l'inflation? Peut-on viser à la fois hausse des salaires, solvabilité des États et stabilité financière?

Les ambiguïtés de la relance verte européenne

Les ambiguïtés de la relance verte européenne

La prise de conscience semble être là, les actes le seront-ils aussi?

Newsletters