Partager cet article

Vous pouvez désormais télécharger votre historique de recherches Google (et paniquer)

Nexus One Pittaya Sroilong via Flickr CC License by

Nexus One Pittaya Sroilong via Flickr CC License by

C'est ce qu'on appelle un joli cadeau empoisonné. Depuis le mois de janvier, raconte le Washington Post, Google vous permet de télécharger l'historique de vos recherches

On pouvait déjà consulter cet historique en ligne et comme Andréa Fradin le racontait alors:

«Si vous n'avez pas pris la peine de désactiver ce service, vous verrez toutes les recherches que vous avez effectuées ces derniers jours et mois. Dans le moteur de recherche classique, mais aussi sur Google Images, Maps, vidéos, etc. Accompagnées de l'heure à laquelle vous avez appuyé sur “entrée” pour effectuer les dites recherches. Et de petits graphiques illustrant l'intensité de votre fréquentation des pages de Google.»

Eh oui, on est vite pris de court face aux résultats.

Le quotidien américain explique que c'est un blog qui a mis en avant cette fonctionnalité, ce week-end. On retrouve dessus la procédure à suivre.

Vous pouvez cliquer sur ce lien pour vous rendre dans votre historique de recherches, avec des statistiques qui peuvent sembler déjà un peu effrayantes –et ce même si Google vous rappelle gentiment que vous êtes normalement le seul à pouvoir y accéder:

Puis, si ceci ne vous suffit pas, cliquez sur l'engrenage en haut, à droite, et ensuite sur télécharger.

Google vous enverra un mail quand votre archive sera prête. A l'intérieur, se trouve un fichier archive avec plein de fichiers JSON à l'intérieur. Et dans ces fichiers, vous allez retrouver TOUTES vos recherches Google lorsque vous étiez connecté à votre compte.

La journaliste du Washington Post a décidé de montrer à quoi cela pouvait ressembler sur une semaine avec un GIF:

Venture Beat explique que cette fonctionnalité s'inscrit dans la logique de Takeout, «un service lancé par Google en 2011 et conçu pour laisser ses utilisateurs transférer leurs données de Google vers d'autres services. Jusque-là, il comprenait Gmail, Google+, YouTube, Google Contacts, Google Calendar, Picasa et quelques autres services proposés par Google».

Pour le Washington Post, cela pose notamment un problème, contre quoi l'Electronic Frontier Foundation nous avertissait en 2012

«Ce genre de données peut dire des choses très intimes sur nous, de notre orientation sexuelle à nos problèmes de santé. Et toutes ces données peuvent être exigées par la justice (ou hackées, si vous les stockez sur votre disque dur, donc soyez prudents).»

Et pour ceux qui se disent qui préfèrent, vous pouvez aussi désactiver cette option en vous rendant sur ce lien et en la désactivant.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte