Égalités / Monde

Un journal local remporte un Pulitzer pour ses articles sur la violence conjugale en Caroline du Sud

Temps de lecture : 2 min

Les reporters lauréats ont fait état du laxisme frappant des représentants politiques en la matière.

La série «Till Death Do Us Part» («Jusqu'à ce que la mort nous sépare») d'un journal de Caroline du Sud a remporté un Pulitzer | The Post and Courier
La série «Till Death Do Us Part» («Jusqu'à ce que la mort nous sépare») d'un journal de Caroline du Sud a remporté un Pulitzer | The Post and Courier

The Post and Courier, un quotidien de Caroline du Sud tiré à 85.000 exemplaires, vient de gagner le Pulitzer le plus prestigieux, celui du «service public», pour une série de reportages multimédias sur la violence conjugale. Depuis plusieurs années, la Caroline du Sud fait partie du top 3 des États américains où le nombre de femmes tuées par leurs partenaires est le plus élevé.

Les reporters lauréats ont montré dans leur enquête que les représentants politiques locaux étaient particulièrement laxistes en la matière. Par exemple, la loi de Caroline du Sud punit plus sévèrement la violence contre les chiens (peine maximale de cinq ans pour une première infraction) que la violence contre les femmes (peine maximale de trente jours).

Les législateurs de l'État, imprégnés de culture chrétienne conservatrice, expliquent cette disparité en arguant qu'il faut donner la priorité à la préservation de l'unité familiale, même lorsqu'il y a violence.

Armes à feu

Dans leurs articles publiés cet été, les journalistes recommendaient de faire passer des lois pour que les agresseurs n'aient plus le droit de posséder d'armes à feu. Une proposition de loi a été faite dans ce sens, mais elle est à présent bloquée par les nombreux législateurs qui refusent toute restriction au droit du port d'armes.

Trois cents femmes ont été tuées par leurs partenaires ces dix dernières années en Caroline du Sud (pour une population de 4,8 millions d'habitants) et 65% de ces victimes ont été tuées par arme à feu.

Tom Corbin, un sénateur à l'assemblée locale qui refuse ces réformes sur le port d'arme avait répondu aux journalistes:

«Il faudrait qu'il y ait plus d'amour pour Jésus dans le monde, je pense que ça aiderait beaucoup à freiner la violence.»

Après plusieurs vagues de licenciements depuis 2008, le Post and Courier a une équipe de 80 employés, et le journal n'avait pas gagné de Pulitzer depuis 90 ans. L'année dernière, le prix Pulitzer «service public» avait été remporté par le Guardian et le Washington Post pour leurs articles sur les tactiques de surveillance de la NSA dévoilées par Edward Snowden.

Newsletters

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Pourquoi des interprètes hétéros continuent à jouer des personnages LGBT+

Cet hiver cinématographique ne manquera pas de romances gays et lesbiennes. Mais le fait que la plupart des personnages soient joués par des hétéros fait sérieusement tiquer les personnes concernées.

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

«Détester les hommes», le nouveau cool de l'édition féministe?

Dans cet épisode de Poire et Cahuètes, on se penche sur deux livres de la rentrée qui ont fait beaucoup parler: Moi les hommes, je les déteste, de l'écrivaine et féministe Pauline Harmange (Éditions du Seuil), et Le Génie lesbien, de la...

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

En Hongrie, un livre inclusif crée la discorde

S'il n'avait pas de visée politique au départ, «Meseország Mindenkié», une anthologie prônant l'ouverture et la tolérance, incarne désormais un symbole de résistance face au conservatisme d'Orbán.

Newsletters