Monde

Un site web aide les Chinois à se trouver des prénoms anglais pas trop ridicules

Temps de lecture : 2 min

Une jeune Américaine a décidé d'aider les Chinois à ne pas s'appeler Morphine ou Cendrillon.

Lindsay Jerningan a créé un site web pour aider les Chinois à se trouver des noms anglais communs | BestEnglishName.com
Lindsay Jerningan a créé un site web pour aider les Chinois à se trouver des noms anglais communs | BestEnglishName.com

Afin de simplifier leurs interactions avec les Occidentaux en Chine, de nombreux Chinois se choisissent des noms anglais faciles à prononcer. Le problème, c'est que leur choix –comme Cendrillon– ne sont pas toujours très adaptés.

Une jeune Américaine de 25 ans vient de créer un site qui leur permet de se trouver des noms anglais plus communs, rapporte NPR. Lindsay Jerningan s'est rendu compte du problème alors qu'elle travaillait à Shanghai et que certaines de ses collègues chinoises se faisaient appeler Candy, Cherry ou Sapphire, des noms qui font plus stripteaseuse que cadre. Elle a aussi rencontré des femmes qui s'appelaient Gary ou Larry.

Interviewé par NPR, le directeur de l'agence Ogilvy Public Relations en Chine se souvient avoir travaillé avec des Janvier, Février, Juillet ou encore Popeye ou Morphine. Il soupçonne des professeurs d'anglais mal intentionnés d'avoir suggéré ces noms pour s'amuser.

Mettre les Occidentaux à l'aise

Pour environ 2,50 dollars, le site BestEnglishName.com fournit des recommandations déterminées par un quizz avec des questions un peu étranges comme: êtes-vous plutôt comme Zac Efron ou comme Justin Bieber? Le site demande aussi aux utilisateurs leurs goûts musicaux et sportifs. Ce service a jusqu'ici été utilisé par 2.000 personnes, dont beaucoup de jeunes filles qui veulent étudier à l'étranger.

«Nous vous aidons un trouver un nom cool et unique mais qui ne mettra pas les Occidentaux mal à l'aise», explique le site.

Parmi les noms les plus choisis, il y a Lexi, Isla et Kendal pour les femmes et Austin, Carson et Malcolm pour les hommes.

Bizarrement, cette manie de s'appeler par un nom anglais est aussi courante entre Chinois éduqués dans les villes. Le journaliste Huan Hsu rapporte que, lorsqu'il a travaillé dans une entreprise chinoise en Chine, un de ses collègues chinois a préféré l'appeler Steve. Cette pratique date de la fin des années 1990, lorsque le pays s'est ouvert aux investisseurs étrangers et que les Chinois en ont eu assez qu'on écorche leur nom. Les prénoms anglais permettent aussi d'échapper aux relations hiérarchiques inscrites dans les noms chinois, où il faut par exemple appeler son supérieur «Maître».

Newsletters

Qui sont les Français qui vivent aux États-Unis?

Qui sont les Français qui vivent aux États-Unis?

Ce dimanche 24 janvier, le président Biden a passé un appel au président Macron, un coup de fil officiel entre présidents dûment investis dont on trouve la transcription détaillée sur le site de la Maison-Blanche. Ce texte rappelle, entre autres,...

Yogi Adityanath, le moine-ministre qui effraie l'Inde progressiste

Yogi Adityanath, le moine-ministre qui effraie l'Inde progressiste

Qui est ce yogi, moine et dirigeant politique extrémiste, à qui l'ambassadeur français en Inde a rendu visite?

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Ekifire», la vie de la communauté LGBT+ dans trois pays d'Afrique

«Un jour, j'ai lu une citation qui m'a beaucoup marqué, raconte Frédéric Noy. Elle disait que les Occidentaux ne s'intéressaient à l'Afrique qu'à travers les gens qui meurent et non ceux qui vivent. Ça m'a donné envie de découvrir...

Newsletters