Partager cet article

Comment savoir si vos remarques sont discriminantes et comment changer?

La plupart des gens n’ont pas l’intention d’être racistes, sexistes ou homophobes et ne considèrent pas qu'ils ont des biais discriminants. Pourtant, comme le souligne Mashable, n'importe qui peut être à l'origine de micro-agressions.

Les micro-agressions sont insidieuses précisément parce que les personnes qui les font ne sont pas conscientes de ce qu’ils viennent de dire et peuvent réagir de manière indignée lorsqu’on leur en fait la remarque. La difficulté lorsqu’il s’agit d’identifier les micro-agressions, c'est que les insultes sont souvent perçues par une seule des deux parties et les cibles de ces insultes involontaires peuvent se sentir blessées et en colère.

Christina Capodilupo, professeure de philosophie au Teachers College de l’université de Columbia, explique à Mashable que les micro-agressions ont des conséquences psychologiques sur les minorités avec le temps. Elle précise que le concept peut être difficile à saisir pour des gens qui n’ont pas été marginalisés à travers l’histoire:

«Quand vous avez traversé le monde sans que les gens n’aient de préjugés à votre sujet, cela peut être difficile à imaginer.»

Mashable liste 12 types de microaggressions que nous avons peut-être tous commis. Parmi celles-ci on trouve les suivantes:

  • Dire à quelqu’un «Tu n’es pas comme les autres gays», ce qui revient à dire que toutes ls personnes gays se ressemblent.
  • Utiliser le mauvais pronom personnel pour une personne transgenre, comme si notre perception du genre de cette personne était plus claire que la sienne.
  • Ignorer des collègues femmes lors d'une discussion sur le sport, supposant par là qu'elles ne peuvent pas s'intéresser à la conversation.
  • Affirmer qu’une femme très émotive est hystérique, comme si une femme dotée de sensibilité agissait forcément de manière ridicule.
  • Dire à une personne «Quand je te regarde, je ne vois pas ta couleur», ce qui semble indiquer que toutes les expériences sont identiques quelle que soit la couleur de peau.
  • Ou encore le très classique «Je ne suis pas raciste. J’ai plusieurs amis noirs», comme si connaître des personnes de couleur pouvait immuniser contre le racisme.

Le site Vox rapporte la définition que Derald W.Sue, professeur à Columbia, fait des micro-agressions:

«Les affronts, les humiliations, les coups bas et les insultes que les personnes de couleur, les femmes, les populations LGBT ou ceux qui sont maginalisés vivent dans leurs interactions avec les gens au jour le jour.»

Le professeur de Columbia, qui a écrit deux livres sur ce thème, a produit une vidéo qui illustre le problème des micro-agressions. Dans celle-ci, Derald W.Sue prodigue 5 conseils pour éviter d'être l'instigateur de ce type d'insultes:

  • Être constamment vigilant sur nos propres biais et nos peurs.
  • Chercher l’interaction avec des personnes différents (culture, ethnie, etc).
  • Ne pas être sur la défensive.
  • Être ouvert au débat sur nos propres attitudes et biais et la manière dont ceux-ci peuvent blesser les autres ou révéler des biais de notre part.
  • Être un allié, en étant personnellement contre les formes de biais et de discrimination.
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte