Sciences / Économie

Des souvenirs de l'espace mis aux enchères à New York à des prix astronomiques

Temps de lecture : 2 min

Vous ne le saviez peut-être pas, mais vous pourriez réaliser une belle plus-value en revendant votre casse-croûte et le stylo de votre bureau après leur avoir fait faire un tour dans l’espace.

Alan Bean sur la lune durant la mission Apollo 12. NASA/Charles Conrad via Wikimédia Commons.
Alan Bean sur la lune durant la mission Apollo 12. NASA/Charles Conrad via Wikimédia Commons.

Ce mardi 21 avril, la maison d’enchères Bonhams, située à New York, procède à sa vente annuelle de souvenirs spatiaux, comme le signale le site Motherboard.

Certains des lots présentés lors de cette édition ont appartenu à l’astronaute Alan Bean, participant à la mission Apollo 12. Le prix des articles mis en vente fait lui-même voyager.

Un repas qu’Alan Bean n’a jamais consommé est ainsi évalué dans une fourchette allant de 50.000 et 80.000 dollars (entre 46.000 et 75.000 euros). Cassandra Hatton, spécialiste de l’histoire des sciences de Bonhams, explique à Motherboard cette inflation:

«Si vous avez un stylo et qu’il quitte l’atmosphère terrestre, il vaut déjà un montant X. Si le stylo atteint l’orbite lunaire, le prix double. S’il parvient jusqu’à la surface de la lune, il double encore. Si on le sort de l’atterrisseur et que l’astronaute le porte sur lui quand il marche au-dehors, là c’est du grand luxe.»

Les effets de Buzz Aldrin, deuxième homme a avoir marché sur la Lune, mis en enchères en 2013, avaient déjà atteint des sommets. La rareté est la première explication à ces tarifs stratosphériques. L’autre raison avancée est le retour de la science dans les médias et la pop culture, à travers des succès comme celui de la série Cosmos aux Etats-Unis. En 2014, le premier épisode, diffusé par dix chaînes du groupe Fox, avait rassemblé 8,5 millions d’Américains et plusieurs dizaines de millions de spectateurs dans le monde.

Newsletters

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Comment la NASA prévoit-elle une présence humaine prolongée sur la Lune?

Les États-Unis ambitionnent de revenir sur la Lune en 2024, mais des questions techniques et budgétaires pourraient compromettre la suite des opérations.

Avec le confinement, la Terre tremble moins

Avec le confinement, la Terre tremble moins

L'arrêt des activités a considérablement réduit le bruit sismique dans les villes.

On sait pourquoi les bulles font du bruit quand elles éclatent

On sait pourquoi les bulles font du bruit quand elles éclatent

Tout est une question de pression.

Newsletters