Partager cet article

La tragédie des migrants en Méditerranée résumée en sept cartes et graphiques

Un migrant assis face à la mer, dans le port de Palerme en Italie. REUTERS/Alessandro Bianchi.

Un migrant assis face à la mer, dans le port de Palerme en Italie. REUTERS/Alessandro Bianchi.

Le récent naufrage de 700 migrants au large de l’Italie remet en lumière la situation catastrophique dans la région.

Dans la nuit du samedi 18 au dimanche 19 avril, un bateau transportant 700 migrants naviguant au large de l’île italienne de Lampedusa lance un appel à l’aide. Très vite, les gardes-côtes demandent à un cargo portugais d’aller les secourir. C’est une fois sur place qu’ils réalisent que l’embarcation est en train de chavirer. Selon la porte-parole du Haut-commissariat aux Nations unies pour les réfugiés (HCR) en Italie, 28 migrants ont pu être récupérés pour l’instant, mais le bilan reste encore flou. Le HCR précise qu’il pourrait s’agir de la «pire hécatombe jamais vue en Méditerranée

Ce drame fait suite à de nombreux autres: environ 450 personnes sont mortes dans des conditions similaires en moins d’une semaine. Il faut aussi savoir que les autorités et les navires marchands récupèrent entre 500 et 1.500 migrants par jour. 10.000 migrants ont même été secourus par les gardes-côtes pour le seul week-end des 11 et 12 avril dernier.

En septembre dernier, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) publiait un rapport très détaillé sur les mouvements de migration dans le monde, et notamment depuis l’Afrique vers l’Europe via le chemin méditerranéen. 

Selon l’OIM, «22.000 migrants seraient morts en tentant de rejoindre l’Europe depuis 2000, principalement par des itinéraires périlleux à travers la mer Méditerranée», soit une moyenne de 1.500 par an. Plusieurs cartes et graphiques publiés dans ce rapport permettent de mieux comprendre la situation actuelle dans la région.

La Méditerranée, région la plus meurtrière au monde

Comme le montre cette carte, la Méditerranée, point d'accès naturel à l'Europe, arrive tristement en tête du classement des régions les plus meurtrières pour les migrants, avec 3.072 migrants morts entre janvier et septembre 2014, soit 75% des décès dans le monde. La seconde région est l’Afrique de l’Est, avec 251 morts pour la même période. 

La route vers l’Italie est de plus en plus utilisée par les migrants

On peut aussi voir sur la carte ci-dessous que la grande majorité des routes migratoires à travers l’Afrique mènent vers la côte méditerranéenne, et que deux d'entre elles arrivent en Libye, pays qui fait face aux côtes italiennes.

L’OIM a relevé cinq routes de voyages privilégiées par les migrants: la route d’Afrique de l’Ouest, la route de l’Ouest méditerranéen, la route des Balkans, la route de l’Est méditerranéen et enfin la route centrale qui mène de la Tunisie et de la Libye vers l’Italie. Le graphique ci-dessous montre également que ce  dernier passage a vu passer en 2013 plus de 40.000 migrants, deux fois plus que la route des Balkans. Depuis 2012, le passage méditerranéen central, qui mène en Italie, est redevenu le plus utilisé d'Europe.

 

Les migrants décédés viennent quasiment tous d'Afrique ou du Moyen-Orient

Plusieurs graphiques et cartes publiées par l’OIM permettent de distinguer les différentes régions d’origine des migrants. Ainsi, on peut voir que 30% des migrants viennent du Moyen-Orient ou d’Afrique du nord, 30% d’Afrique subsaharienne et 11 % de la corne de l’Afrique. 

Ces dernières années, le nombre de morts en Méditerranée a explosé

Ce graphique regroupe deux fichiers différents mais qui montrent une tendance similaire: depuis 2010, le nombre de migrants morts sur la route de l'Europe augmente de manière exponentielle. En 2014, selon l’agence de l’Onu pour les réfugiés, 219.000 personnes ont tenté la traversée de la Méditerranée via différents points d'accès à l'Europe et 3.500 ont perdu la vie sur la route vers l’Italie. Avec cette nouvelle tragédie, le bilan pour l’année 2015 pourrait approcher les 1.600 morts en quatre mois à peine.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte