Partager cet article

Sur Internet, la chasse aux trolls pourrait devenir beaucoup plus facile

Internet Troll? / Eirik Solheim via FickCC License by

Internet Troll? / Eirik Solheim via FickCC License by

Pour les détecter, des chercheurs affirment qu'il suffit de regarder leurs cinq premiers posts.

Les trolls, ces personnes pas toujours bien intentionnées et dont le but est de perturber des conversations en ligne, ont peut-être du mouron à se faire. Le Guardian rapporte que, après 18 mois d’études sur des internautes bannis en ligne, des chercheurs des universités de Cornell et Stanford ont découvert que ces trolls écrivaient différemment, utilisant par exemple moins de mots positifs dans les commentaires que les autres internautes. Ce qui permettrait de rendre leur détection beaucoup plus rapide.

Dans leur résumé d’article intitulé Antisocial Behavior in Online Communities, les chercheurs détaillent les résultats de leur étude:

«Nous avons trouvé que ces utilisateurs ont tendance à concentrer leurs efforts dans un petit nombre de fils de discussion, à poster des choses hors de propos, et à engranger plus de réponses de la part d’autres utilisateurs. En étudiant l’évolution de ces utilisateurs du moment où ils ont rejoint une communauté jusqu'au moment où ils ont été bannis, nous avons trouvé que non seulement ils écrivent plus mal que les autres utilisateurs, mais aussi qu’ils sont de moins en moins tolérés par la communauté.»

Sur les 35 millions de posts et 2 millions d’utilisateurs analysés, les chercheurs ont repéré 50.000 individus qui ont été bannis pendant la période de l’étude. Ces personnes passent en moyenne beaucoup plus de temps que les autres sur un fil de discussion, et leur façon d’écrire serait différente du reste des autres membres d’une communauté en ligne, mais aussi plus difficile à lire. 

A partir des informations collectées, ils affirment avoir mis en place un modèle prédictif permettant de détecter les futurs trolls à partir de leurs cinq premiers messages postés en ligne. Fiable à 80%, ce système permettrait donc d’anticiper des comportements souvent gênants pour les autres internautes et de prêter une attention particulière à ces utilisateurs «à risque». 

Il y a quelques jours, le Huffington Post se demandait justement comment combattre les trolls depuis que des plaintes sont régulièrement déposées à leur encontre par des personnes victimes de harcèlement, comme par exemple des hommes et des femmes politiques. «Pour régler ce problème, il ne s’agit pas de donner plus de pouvoir à la police, ils n’ont pas les ressources pour, et leur conseil consiste à vous dire d’éteindre votre ordinateur, explique le professeur au site le professeur Mark Griffiths, qui a étudié le phénomène. Il s’agit d’enseigner la citoyenneté numérique dans les écoles, et pour ceux qui montrent un comportement de perturbateur, la réhabilitation semble être une meilleure solution.» 

Les auteurs de l’étude préviennent eux-aussi contre les abus de la censure en ligne: «Prendre des mesures extrêmes contre de petites infractions peut exacerber les comportements antisociaux. […] Une meilleure réponse consisterait à laisser une chance aux utilisateurs antisociaux de se racheter.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte