Économie / Monde

Ils valaient une fortune en 2014, mais aujourd'hui les mastiffs tibétains de Chine sont massivement abandonnés

Temps de lecture : 2 min

/
Un mastiff tibétain lors d'un concours de beauté pour chiens en Chine, mars 2012. REUTERS/Sheng Li

En 2014, la presse chinoise avait annoncé qu'un promoteur immobilier avait acheté un mastiff tibétain pour 1,4 millions d'euros, officiellement le chien le plus cher du monde. Le New York Times explique que le prix avait probablement été exagéré pour des raisons de marketing, mais ces cinq dernières années, il n'était pas rare qu'un acheteur débourse plus de 100.000 euros pour ce genre de chien rare.

Un an plus tard, le mastiff tibétain est passé de mode et la bulle a explosé. Maintenant, ce berger de l'Himalaya coûte environ cent fois moins cher. En Chine, la moitié des éleveurs de cette race canine ont fermé boutique, et le New York Times révèle que ces chiens finissent maintenant souvent à l'abattoir, où ils sont transformés en viande ou en fourrure pour l'intérieur des gants.

Une spécialiste en marketing explique que ce retournement correspond bien au marché volatile du luxe chinois. Il y a quelques années, tout ce qui était associé au Tibet était très prisé. Mais la spéculation a enflammé le marché canin, et certains éleveurs ont inondé le marché de faux mastiffs tibétains croisés avec d'autres races. Ces bergers aux longs poils sont habitués à défendre des troupeaux contre des loups, et suite à plusieurs cas d'attaques, certaines villes les ont interdits, ce qui a encore fait augmenter le nombre d'abandons.

Une organisation de défense des animaux tente de récupérer ceux qui sont en route pour l'abattoir. Récemment, des militants ont payé un conducteur de camion pour libérer une vingtaine de chiens, dont le tiers était déjà mort.

Les mastiffs tibétains ne sont pas les premiers chiens victimes d'un effet de mode éphémère en Chine. Une militante pour les droits des animaux explique au New York Times qu'il y a dix ans, la Chine est passée par une période bergers allemands, puis retrievers, dalmatiens et huskies.

Les chiens ont une histoire tumultueuse en Chine. Pendant la Révolution Culturelle dans les années 60 et 70, presque personne n'avait de chien car ils étaient considérés comme des animaux «bourgeois» sans utilité sociale. Maintenant, avoir un chien est beaucoup plus courant, surtout dans les classes moyennes et supérieures, mais la pratique continue d'être dénoncée par le Parti communiste, qui considère que cet intérêt pour les animaux domestiques est une «ridicule et grossière imitation du mode de vie occidental».

Slate.fr

Newsletters

Le gaspillage de fringues ne choque personne, et c'est un problème

Le gaspillage de fringues ne choque personne, et c'est un problème

Il fait tourner les économies, croître les PIB et nous donne un faux sentiment de bonheur et d'accomplissement: le gaspillage textile tue la planète et tout le monde s'en fout.

Rassurez-vous: la robotisation n'est pas une menace pour l'emploi

Rassurez-vous: la robotisation n'est pas une menace pour l'emploi

Il faut ajouter une dose de bon sens économique au débat sur la supposée raréfaction de l'emploi liée à l'automatisation, électrisé par moult études alarmistes.

Flying Blues

Flying Blues

Newsletters