Partager cet article

Si le chien est le meilleur ami de l'homme, c'est grâce à une hormone

 I wanna be your dog / Eddy Van 3000 via Flickr CC Licence By

I wanna be your dog / Eddy Van 3000 via Flickr CC Licence By

Les chiens gagnent notre coeur en un regard: des scientifiques japonais ont découvert que les chiens et leurs propriétaires ont des poussées d’ocytocine lorsqu’ils se regardent dans les yeux, rapporte The Guardian. Cette hormone est responsable des soins maternels et renforce le lien entre une mère et son enfant lorsque ceux-ci se regardent.

L'ocytocie, c'est cette fameuse hormone parée de tous les bienfaits, un peu de manière abusive, comme on vous l'expliquait sur Slate:

Cette nouvelle étude publiée dans le journal Science suggère que les chiens ont puisé dans ce mécanisme biologique, qui a renforcé les liens millénaires entre le chien et l'homme. Takefumi Kikusui, de l'université Azabo, explique au Guardian:

«C'est peut-être la raison pour laquelle la relation homme-chien semble aussi bien marcher.»

Les chercheurs pensent que le chien s'est peut-être domestiqué lui-même. De génération en génération, les loups se sont rapprochés de l'homme pour profiter de sa présence et se nourrir de ses restes. Les humains ont fini par voir ces animaux comme des alliés naturels et ont commencé à les élever pour chasser et garder le bétail. Puis leur relation s'est encore développée, jusqu'à faire du chien un compagnon pour l'homme.

Pour mieux comprendre la relation homme/chien, l'équipe de Takefumi Kikusui a tout d'abord observé des chiens jouer avec leurs maîtres pendant une demi-heure. Des tests d'urine ont démontré que le niveau d'ocytocine augmentait chez les personnes qui regardaient le plus leur chien dans les yeux, et que cette hormone augmentait de la même manière chez les chiens.

Les scientifiques ont ensuite démontré que l'hormone poussait les chiens à fixer leur maître plus longtemps en pulvérisant une solution saline sur la truffe de certains animaux et de l'ocytocine sur d'autres. Mais cet effet a uniquement été constaté chez les femelles.

Le Daily Mail souligne que ce mécanisme n'est pas reproduit entre l'homme et le loup, ce qui suggère que les changements qui ont différencié le chien des canidés sauvages ont eu lieu très tôt dans l'histoire de la domestication. Miho Nagasawa, qui dirige le groupe de chercheurs explique dans l'étude:

«Même si les humains et les chiens existent sur différentes branches de l'arbre de l'évolution, ils ont peut-être tous les deux acquis de manière indépendante une tolérance de l'autre à cause d'altérations dans le système neurologique qui régit l'affiliation.»

Dans un article annexe publié dans Science, Evan MacLean et Brian Hare, du Duke Canine Cognition Center (Caroline du Nord) affirment que cette découverte pourrait permettre d'obtenir des indices sur la manière dont les chiens sont entrés dans l'histoire humaine et nous montrer comment notre relation avec les chiens peut être bonne pour nous.

«Les bénéfices des chiens d'aide pour les individus autistes ou atteints de stress post-traumatique pourraient avancer en partie grâce à ces voies sociales.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte