Monde

Une église satanique demande l’autorisation de distribuer des livres dans une école primaire

Temps de lecture : 2 min

Détail de la couverture de The Satanic Children's Book of Activities.
Détail de la couverture de The Satanic Children's Book of Activities.

L’église satanique Ahriman, basée à Oklahoma City, aux Etats-Unis, a demandé la permission de distribuer de la littérature sataniste à l’école primaire Woodrow Wilsom selon le Washington Post.

Le leader d’Ahriman, Adam Daniels, a dit vouloir distribuer aux enfants les Lumières d’Ahriman, un livre normalement distribué aux nouveaux membres de l’église. Pour lui, la loi sur l'égal accès signifie que son groupe peut distribuer des livres si d’autres organisations le font. Cette demande a eu lieu peu après qu’une enseignante a distribué des bibles des Gédéons à ses élèves à Duncan, à 80km d’Oklahoma City.

David Niose, directeur juridique du centre juridique humaniste Appignani a expliqué au Washington Post que si la loi sur l'égal accès autorise la distribution de toutes les littératures religieuses, le cas de Duncan était une violation de la Constitution américaine:

«Les enseignants n’ont pas le droit de faire du prosélytisme auprès de leurs élèves».

L’avocat du district de l’école a quant à lui affirmé:

«Tous les enseignants et les administrateurs du district sont informés qu’il ne leur est pas permis de distribuer des bibles ou d’autres objets religieux aux élèves en classe.»

En septembre 2014, nous évoquions le temple satanique, basé à New York, qui avait publié un livre de coloriage pour enfants à la suite d'une décision des juges du comté d’Orange (Floride) autorisant les documents chrétiens et athées dans les écoles. En 2013, ce même temple avait lancé une campagne pour «adopter» un bout d’autoroute.

Newsletters

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

Dans la lutte contre le coronavirus, Cuba s'impose comme un allié de choix

La médecine cubaine est aujourd'hui appelée à la fois à protéger la population de l'île face au Covid-19 et à aider divers pays étrangers, dont l'Italie et la France.

Migration: quand le stigmate change de camp

Migration: quand le stigmate change de camp

Le cas des Européen·nes bloqué·es ou expulsé·es de pays étrangers nous invite à réfléchir au sens profond de la liberté de circulation.

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Dans les camps de réfugiés rohingyas, on redoute l'arrivée du Covid-19

Avec près de 40.000 personnes par kilomètre carré, la propagation du virus serait un désastre.

Newsletters