Culture

World Monopoly en ligne

Temps de lecture : 2 min

Vous avez envie de la 5e avenue à New York? Faites-vous plaisir: mercredi, il sera possible d'acheter n'importe quelle rue du monde. Google s'associe au fabricant de jeux Hasbro et lance une version en ligne du Monopoly, à travers l'application Google Maps. «Monopoly City Streets», qui sort le 9 septembre, permet aux joueurs une course mondiale à l'immobilier, dans le plus grand tournoi jamais organisé. Il durera quatre mois à compter de demain.

La somme de départ pour chaque joueur est de 3 millions de dollars Monopoly, et vous pourrez construire non seulement des hôtels et des maisons, mais aussi des stades de foot, des châteaux et des gratte-ciel. En Grande-Bretagne, Downing Street (la rue du cabinet du Premier ministre) coûtera $231,000.

L'idée est d'être le premier pour acheter. Mais si vous êtes pris de court, vous pouvez faire une offre au propriétaire: s'il ne répond pas dans les sept jours, votre offre est considérée comme acceptée, quelle qu'elle soit. (Sans oublier de vous connecter tous les jours, comme l'imposent les règles du jeu)

[Lire l'article complet sur le Guardian]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de une: Capture d'écran du jeu d'une publicité pour Monopoly

Slate.fr

Newsletters

«La Tendre indifférence du monde» et «Dakini», beautés lointaines

«La Tendre indifférence du monde» et «Dakini», beautés lointaines

Ce mercredi 24 octobre sortent sur les écrans deux très beaux films. Découverts dans des grands festivals, ils sont originaires de pays d’Asie qui n’occupent pas souvent l’affiche.

De retour du Paris Podcast Festival

De retour du Paris Podcast Festival

Un épisode un peu spécial de l'Agenda du Loisir Français cette semaine. De retour de Paris, Henry Michel nous raconte son expérience du premier festival dédié au podcast natif, en présence de toute la grande famille du podcast français. Alors non,...

Mon petit chat est mort

Mon petit chat est mort

[Blog, You will never hate alone] Je ne sais pas s'il m'aimait, et à dire vrai, je m'en fiche royalement. Je sais seulement que tous les deux, nous étions inséparables.

Newsletters