Partager cet article

Mauvaise nouvelle: aucun signe de vie extraterrestre n'a été découvert après l'étude de 100.000 galaxies

Galaxy Triplet Arp 274 Hubble Heritage via Flickr CC License by

Galaxy Triplet Arp 274 Hubble Heritage via Flickr CC License by

Des chercheurs de l’Université d’Etat de Pennsylvanie ont écumé 100.000 galaxies à la recherche de «signes de vie extraterrestre très avancée» et n’ont rien trouvé, relate Phys.org.

Les chercheurs ont utilisé les données du télescope spatial de la Nasa WISE (Wide-field Infrared Survey Explorer ou en français: «Explorateur pour l’étude grand angle dans l’infrarouge») pour examiner les radiations émanant de lointaines galaxies.

«L’idée derrière nos recherches est que, si une galaxie entière a été colonisée [par une civilisation extraterrestre], l’énergie produite par les technologies de cette civilisation serait détectable.»

Elle émettrait des radiations dans le domaine infrarouge, le type de radiations «que le satellite WISE a été créé pour détecter», explique Jason T. Wright, professeur d’astronomie et d’astrophysique à l’Université d’Etat de Pennsylvanie chargé de l’étude, dans un communiqué de presse.

Si l’étude, qui devrait être publiée ce 15 avril dans the Astrophysical Journal, n’a pas trouvé de preuve tangible de vie extraterrestre dans 100.000 galaxies, ses auteurs soulignent que cinquante d’entre elles avaient tout de même un niveau anormalement élevé de rayonnement infrarouge.

Une enquête plus approfondie sur ces galaxies pourrait révéler «si l’origine de leur radiation résulte de processus astronomiques naturels, ou si elle indique la présence d’une civilisation hautement avancée», poursuit Jason T. Wright qui conclut:

«Nos résultats signifient que, parmi les 100.000 galaxies que WISE peut examiner en détail, aucune d’entre elles n’est habitée à grande échelle par une civilisation extraterrestre (…). C’est intéressant parce que ces galaxies existent depuis des milliards d’années, soit suffisamment longtemps pour qu’une civilisation extraterrestre s’y installe, si jamais les extraterrestres existent. Soit ils n’existent pas, soit ils n’utilisent pas encore suffisamment d’énergie pour que nous puissions détecter leur présence.»

Auparavant, une seule étude similaire avait été menée, souligne l’astrobiologiste Brendan Mullan. Mais «elle n’avait considéré qu’une centaine de galaxies, et n’examinait pas la chaleur qu’elles émettaient», explique-t-il dans le communiqué de presse.  

Forbes rapportait le 13 avril qu’une autre étude se concentrant, elle, sur les sursauts radio rapides avait prouvé que ces derniers n’étaient pas d’origine extraterrestre. Cette semaine est donc une «mauvaise semaine pour les chasseurs d’aliens».

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte