Économie

Après avoir lu une étude sur l'économie du bonheur, un patron paye ses employés 5.500 euros par mois

Temps de lecture : 2 min

Cette augmentation des salaires a pour objectif d'accroître leur bien-être.

Les employés ont obtenu une augmentation substantielle grâce aux lectures de leur patron Great Beyond via Flickr CC License by

Dans une étude de 2010, le psychologue Daniel Kahneman, prix Nobel d'économie 2002, et l'économiste Angus Deaton révélaient qu'à partir d'un salaire de 75.000 dollars par an par ménage, gagner plus ne rend pas plus heureux. Les mesures objectives de bien-être, telles que la fréquence et l'intensité des moments de joie, de tristesse, de stress et de tendresse, ne changeaient presque pas à partir de 75.000 dollars par an (soit 4.875 euros par mois selon les taux de conversion d'il y a cinq ans). Par contre, pour ceux qui gagnent moins de 70.000 dollars par an (soit 4.550 euros mensuels d'alors), une augmentation de salaire a un fort impact positif.

À Seattle, aux États-Unis, un patron vient de mettre en pratique les conclusions de cette étude: pour augmenter le bien-être de ses 120 employés, il les paye désormais 70.000 dollars par an minimum, rapporte le New York Times. Avant la revalorisation, le salaire moyen des employés de cette entreprise de traitement des paiements par carte bancaire oscillait autour de 48.000 dollars (soit 45.000 euros par an et donc 3.540 euros mensuels, suivant les taux de conversion actuels).

Salaire du patron abaissé à 70.000 dollars

Pour financer ces augmentations, Dan Price, le fondateur de l'entreprise, va faire passer son propre salaire d'un million de dollars à 70.000 dollars par an (l'équivalent de 5.500 euros par mois aujourd'hui). Il faut dire que Dan Price a l'air d'être un patron plutôt atypique: il a une barbe et des cheveux longs, et a lancé son business à 19 ans alors qu'il jouait dans un groupe de rock local.

L'entreprise en question est basée à Seattle, une ville du nord-ouest des États-Unis qui est assez proche aussi bien géographiquement qu'idéologiquement du Canada, où les inégalités sociales sont moins prononcées qu'aux États-Unis. Seattle est actuellement la ville des États-Unis où le salaire minimum (15 dollars de l'heure) est le plus élevé du pays.

Ce n'est pas la première fois que des employés obtiennent une augmentation grâce aux lecture de leurs patrons. En janvier dernier, le PDG d'Aetna, une grande entreprise d'assurance maladie américaine, a annoncé qu'après avoir lu le livre de Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle, il augmenterait les salaires des employés d'environ 11%. Il avait aussi demandé à tous les cadres de l'entreprise de lire l'ouvrage de l'économiste français. Il avait expliqué au Wall Street Journal:

«Ce n'est pas juste une histoire d'augmenter les gens, il s'agit d'un nouveau pacte social.»

Slate.fr

Newsletters

 Revenir à l'impôt sur la fortune? Mauvaise idée

Revenir à l'impôt sur la fortune? Mauvaise idée

Rétablir l'ISF, c'est une revendication récurrente scandée par les «gilets jaunes». L'exécutif leur a opposé une fin de non-recevoir. Peut-on leur donner tort?

Les boutons, objets ludiques qui poussent à la consommation

Les boutons, objets ludiques qui poussent à la consommation

Depuis leur apparition au XIXe siècle sur les appareils photos, les boutons ont envahi notre vie quotidienne. Faut pas pousser.

Aux origines de la crise de la presse US, trois erreurs stratégiques

Aux origines de la crise de la presse US, trois erreurs stratégiques

Durant des décennies, les journaux locaux ont engendré les profits sans savoir s’adapter. Aujourd’hui, c’est la démocratie américaine qui en paie le prix.

Newsletters