Économie

Après avoir lu une étude sur l'économie du bonheur, un patron paye ses employés 5.500 euros par mois

Temps de lecture : 2 min

Cette augmentation des salaires a pour objectif d'accroître leur bien-être.

/

Dans une étude de 2010, le psychologue Daniel Kahneman, prix Nobel d'économie 2002, et l'économiste Angus Deaton révélaient qu'à partir d'un salaire de 75.000 dollars par an par ménage, gagner plus ne rend pas plus heureux. Les mesures objectives de bien-être, telles que la fréquence et l'intensité des moments de joie, de tristesse, de stress et de tendresse, ne changeaient presque pas à partir de 75.000 dollars par an (soit 4.875 euros par mois selon les taux de conversion d'il y a cinq ans). Par contre, pour ceux qui gagnent moins de 70.000 dollars par an (soit 4.550 euros mensuels d'alors), une augmentation de salaire a un fort impact positif.

À Seattle, aux États-Unis, un patron vient de mettre en pratique les conclusions de cette étude: pour augmenter le bien-être de ses 120 employés, il les paye désormais 70.000 dollars par an minimum, rapporte le New York Times. Avant la revalorisation, le salaire moyen des employés de cette entreprise de traitement des paiements par carte bancaire oscillait autour de 48.000 dollars (soit 45.000 euros par an et donc 3.540 euros mensuels, suivant les taux de conversion actuels).

Salaire du patron abaissé à 70.000 dollars

Pour financer ces augmentations, Dan Price, le fondateur de l'entreprise, va faire passer son propre salaire d'un million de dollars à 70.000 dollars par an (l'équivalent de 5.500 euros par mois aujourd'hui). Il faut dire que Dan Price a l'air d'être un patron plutôt atypique: il a une barbe et des cheveux longs, et a lancé son business à 19 ans alors qu'il jouait dans un groupe de rock local.

L'entreprise en question est basée à Seattle, une ville du nord-ouest des États-Unis qui est assez proche aussi bien géographiquement qu'idéologiquement du Canada, où les inégalités sociales sont moins prononcées qu'aux États-Unis. Seattle est actuellement la ville des États-Unis où le salaire minimum (15 dollars de l'heure) est le plus élevé du pays.

Ce n'est pas la première fois que des employés obtiennent une augmentation grâce aux lecture de leurs patrons. En janvier dernier, le PDG d'Aetna, une grande entreprise d'assurance maladie américaine, a annoncé qu'après avoir lu le livre de Thomas Piketty Le Capital au XXIe siècle, il augmenterait les salaires des employés d'environ 11%. Il avait aussi demandé à tous les cadres de l'entreprise de lire l'ouvrage de l'économiste français. Il avait expliqué au Wall Street Journal:

«Ce n'est pas juste une histoire d'augmenter les gens, il s'agit d'un nouveau pacte social.»

Slate.fr

Newsletters

En Guyane, un projet de mine d'or interroge l'avenir de notre économie

En Guyane, un projet de mine d'or interroge l'avenir de notre économie

Peut-on être, comme le prône Emmanuel Macron, soucieux de la défense de l'environnement «et en même temps» favorable au développement économique? En Guyane, un projet de mine d'or cristallise ces contradictions.

Ce que le rachat de Direct Énergie nous enseigne sur la stratégie de Total

Ce que le rachat de Direct Énergie nous enseigne sur la stratégie de Total

Comme un air de déjà-vu? Ce mercredi matin, avec la confrontation annoncée de trois mastodontes, EDF, Engie et, désormais, le pétrolier, qui a décidé d’acheter l'électricien, le marché français de l’électricité ressemble à celui des télécoms… avant l’arrivée de Free.

Tensions commerciales au bord de l'explosion entre la Chine et les États-Unis

Tensions commerciales au bord de l'explosion entre la Chine et les États-Unis

La guerre commerciale fait rage entre la Chine et les États-Unis. Mais si Donald Trump éructe régulièrement sur Twitter, les Chinois, sûrs de leurs atouts, semblent beaucoup plus apaisés.

Newsletters