Partager cet article

Pourquoi l’existence des Google Glass est une bonne chose, finalement

Le prince Charles essaye des Google Glass lors d’une visite au Canada, le 21 mai 2014. Reuters/ Mark Blinch

Le prince Charles essaye des Google Glass lors d’une visite au Canada, le 21 mai 2014. Reuters/ Mark Blinch

Les lunettes de Google n’ont pas tenu leurs promesses, mais offrent quand même de belles perspectives pour la réalité augmentée.

Ce n’est plus un mystère, les Google Glass resteront à jamais l’un des plus gros échecs de la compagnie californienne, si ce n’est le plus gros. «Les Glass pourraient devenir l’une des plus grosses erreurs de calcul de l’entreprise la plus omniprésente de l’âge d’Internet», explique le site Pando Daily. Outre les problèmes techniques récurrents, des applications souvent futiles et un design encombrant, de nombreuses questions se posaient sur le respect de la vie privée et sa mise en péril par les Google Glass.

Mais Inc.com note aussi que les erreurs de Google font office de bonne base pour la suite du développement de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée. Tout d’abord parce que l’innovation passe forcément par l’échec.

«Même si, à 1.500 dollars (1.420 euros), la plupart des consommateurs ne l’auraient pas acheté, le concept en valait la peine, en particulier si des variations deviennent viables à l’avenir.»

Car Google a au moins eu le mérite d’ouvrir la voie au développement d’une technologie qui pourrait bientôt exploser avec les HoloLens de Microsoft ou les Oculus de Facebook.

Pando Daily cite aussi un rapport de l’agence Digi-Capital, qui semble confirmer l’idée selon laquelle les Google Glass sont tout simplement arrivées trop tôt. L’industrie de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée pourraient «gagner des nouveaux marchés et en cannibaliser des existants après que le marché se sera vraiment lancé l’année prochaine». Toujours selon l’agence, cette industrie pourrait même atteindre 150 milliards de dollars (142 milliards d'euros) de revenus d’ici 2020 (dont 30 milliards pour la réalité virtuelle). Rien que ça.

«A cause de l’échec de ce produit, quiconque se lance dans le prochain matériel de réalité augmentée devra retenir les leçons de la débâcle des Google Glass», explique le journaliste de Pando Daily avant de conclure:

«Je suppose que nous devons tirer notre chapeau à Google pour avoir dégainé les premiers et nous avoir épargné, pour l’instant, un monde où les Google Glass sont populaires et où nous serions constamment entourés d’imbéciles avec des ordinateurs sur le visage.»

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte