Partager cet article

En Australie, pas d'allocations familiales pour les parents qui ne vaccinent pas leurs enfants

Un enfant recevant un vaccin anti-polio à Saana au Yemen, 30 juin 2013. REUTERS/Khaled Abdullah

Un enfant recevant un vaccin anti-polio à Saana au Yemen, 30 juin 2013. REUTERS/Khaled Abdullah

La France est un des rares pays au monde où des parents risquent une amende et jusqu'à deux ans de prison pour avoir refusé de faire administrer le vaccin DTP à leur enfant.

Dans d'autres pays comme les Etats-Unis et l'Australie, il est nécessaire d'être vacciné pour aller à l'école, mais il est aussi possible d'obtenir des exemptions religieuses ou philosophiques. Ces exemptions de plus en plus populaires ont notamment conduit à la résurgence de la rougeole et de la coqueluche aux Etats-Unis. 

En Australie, le nombre de parents qui demandent ces exceptions a aussi beaucoup augmenté ces dix dernières années, et selon le Daily Telegraph, plus de 39.000 enfants australiens de moins de sept ans ne sont pas vaccinés. 

Pour freiner cette tendance, le gouvernement de Tony Abbott vient d'annoncer que les parents qui objectent aux vaccins n'auront plus droit à aucune allocation familiale. Or cette suspension des aides financières représente un perte d'environ 10.000 euros par an par famille, rapporte The Australian. 

Plusieurs experts médicaux ont déjà critiqué cette initative, qui entrera en vigueur en 2016. En effet, sur les 7% de parents australiens qui ne vaccinent pas, la moitié ne le font pas par objection de conscience, mais parce qu'ils sont très pauvres et isolés. Les punir financièrement ne fera que limiter encore plus l'accès aux soins de ces enfants, explique la pédiatre Kristine Macartney.

Quant à la portion de parents qui refusent les vaccins par conviction personnelle, ils sont en général tellement déterminés dans leur militantisme qu'ils seront probablement prêts à perdre de l'argent pour continuer à ne pas faire vacciner leurs enfants.

«L'histoire nous apprend que les mesures répressives ont tendance à galvaniser et à radicaliser les mouvements extrémistes», rappelle Kristine Macartney.

Or en Australie, les antivaccins sont déjà particulièrement obstinés: comme la grande majorité des religions ne sont pas opposées aux immunisations, un réseau antivaccin recommendait récemment aux familles sceptiques de rejoindre une fausse religion antivaccin - l'Eglise du vivant conscient, fondée en 2007 - afin d'obtenir leur exemption religieuse. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte