Partager cet article

L’Asie est lancée dans une course à l’armement sous-marin

Un sous-marin de fabrication française Agosta 90-B pakistanais à Karachi, REUTERS/Athar Hussain

Un sous-marin de fabrication française Agosta 90-B pakistanais à Karachi, REUTERS/Athar Hussain

D’ici 2030, la moitié des sous-marins du monde appartiendront aux marines de guerre des grands pays d’Asie. La Chine, le Japon, Taiwan, le Vietnam, Singapour, l’Inde, le Pakistan, l’Australie, l’Indonésie, la Malaisie, le Pakistan se sont lancés dans une modernisation accélérée de leurs forces militaires et plus particulièrement de leurs flottes. Le contrôle stratégique des voies maritimes est devenu l'objet d'une rivalité toujours plus grande.

Les ambitions de la Chine en mer de Chine, la tension grandissante entre la Chine et le Japon, le conflit historique entre la Chine et Taiwan, la guerre larvée entre le Pakistan et l’Inde et la rivalité entre l’Inde et la Chine expliquent cette course à l’armement et plus particulièrement vers les moyens militaires qui permettent de projeter les forces, la marine et l’aviation. L’acquisition de 36 rafales par l’Inde s’inscrit directement dans cette logique. Et la fourniture rapide d’avions «prêts à voler» illustre le fait que les militaires indiens veulent ce matériel très vite.

Pour en revenir aux sous-marins, les programmes sont devenus massifs et généralisés, notamment face à la puissance de la marine chinoise. Les dépenses militaires chinoises ont augmenté de plus de 10% par an au cours des 27 dernières années! Elles sont aujourd'hui 3,6 fois supérieures à celles du Japon. Pékin possède aujourd’hui la plus importante flotte de sous-marins d’attaque au monde avec 71 navires au début de l’année 2015 et en construit environ 10 par an. Il s’agit pour les plus récents de modèles d’attaque diésels-électriques fabriqués en Chine mais achetés sous licence à la Russie et disposant des dernières technologies russes en matière de sonar, de propulsion et de traces sonores. La Chine vient aussi de commissionner trois sous-marins d’attaque à propulsion nucléaire de type 093-G capables de lancer des missiles antinavires supersoniques. Pékin a enfin annoncé la construction d'un deuxième porte-avions.

En réponse, le Japon a accéléré la mise à niveau et le développement de sa flotte sous-marine avec la commande de dix sous-marins modernes de la classe Soryu. Au total, la flotte sous-marine japonaise devrait passer à 22 bâtiments.

La Vietnam, autre adversaire historique de la Chine, s’est fait livrer six sous-marins russes de la classe Kilo qui devraient être opérationnels l’année prochaine. L’Australie entend se doter de 8 à 12 sous-marins supplémentaires et a décidé d’y consacrer 50 milliards de dollars australiens et de ne pas toucher à ce budget en dépit d’un programme d’austérité. L’Australie a lancé un appel d’offre auprès de la France, l’Allemagne et du Japon.

Taiwan n’a pas pu acheter de sous-marins à l’Allemagne, aux Pays-Bas et à l’Australie qui craignent des rétorsions de la Chine et envisage donc de construire ses propres navires. Le Président américain George W. Bush avait bien promis à Taiwan de lui fournir 8 sous-marins conventionnels diésels-électriques, mais les Etats-Unis ne fabriquent que des sous-marins à propulsion nucléaire

Le Pakistan qui possède 5 sous-marins française de la classe Agosta a commandé huit bâtiments à la Chine et cherche à acheter des surplus aux flottes occidentales. La marine pakistanaise veut se doter en tout de 12 sous-marins supplémentaires.

En réponse, la marine indienne a lancé des appels d’offre pour acheter plusieurs sous-marins et s’intéresse plus particulièrement au Soryu japonais dont elle voudrait acheter six exemplaires. La flotte sous-marine indienne compte aujourd’hui 15 bâtiments.

Les comparaisons  fréquentes entre la mer de Chine et Balkans à la veille de la Première guerre mondiale sont sans doute exagérées mais la montée des tensions militaires en Asie est bien une réalité.

 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte