La Chine envoie des «pacificateurs» à Urumqi

Slate.fr, mis à jour le 08.09.2009 à 16 h 38

7.000 officiers ont été envoyés le 8 septembre par le gouvernement chinois dans l'ouest de la ville d'Urumqi, suite à une série d'étranges agressions à la seringue, qui se sont produites la semaine dernière. Selon CNN, les médias officiels chinois blâment la minorité ouïghour pour ces agressions, et placent les Han en victimes.

Jusqu'au jeudi 4 septembre, au total 531 personnes s'étaient présentées dans les hôpitaux: toutes se plaignaient de blessures provoquées par des aiguilles, et pour 106 d'entre eux, cela a été confirmé par les médecins. La mission des officiers consistera en un vrai porte à porte chez la population de la ville «pour expliquer la politique de sécurité et résoudre les disputes», a expliqué Wang Lequan, secrétaire de la Commission du Parti Communiste de Chine pour le Xinjiang.

45 personnes ont été arrêtées pour ces attaques, et les punitions annoncées par le gouvernement sont extrêmement sévères: de la prison à perpétuité jusqu'à la peine de mort.

En juillet 2009, de violents affrontements se sont produits entre la minorité Ouïghour de religion musulmane et de langue turque et la population Han, majoritaire dans cette région du nord-ouest de la Chine. Durant ces manifestations, durement réprimées par les autorités, 200 personnes avaient été tuées et plus de 1.000 blessées.

[Lire l'article complet sur CNN]

Vous souhaitez proposer un lien complémentaire sur ce sujet ou sur tout autre sujet d'actualité? Envoyez-le à infos @ slate.fr

Image de Une: Soldats de l'armée de l'air chinoise, Wikimedia

Slate.fr
Slate.fr (9125 articles)
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte