Égalités / Tech & internet

Les mèmes souffrent des mêmes biais que notre société: ce sont majoritairement des hommes, jeunes et blancs

Temps de lecture : 2 min

Différents mèmes réunis en un seul dessin. Via Pixgood
Différents mèmes réunis en un seul dessin. Via Pixgood

Des chercheurs de l’université de Tel Aviv se sont lancés dans un sujet d’étude un peu complexe: l’étude des mèmes sur Internet, ces images souvent drôles, reproduites à l’infinie et incontournables dans la culture web.

Le site Know Your Meme, spécialisé dans le recensement et l’explication de ces images, en compterait 12.302 un peu partout sur Internet, selon le Washington Post. Leur nombre important n’est pourtant pas synonyme de diversité. Les conclusions de l’études, basée sur les 50 mèmes les plus populaires et leurs variations (1.013 en tout), sont assez édifiantes: il y a deux fois plus d’hommes, et 45% d’entre eux représentent des personnages de type caucasien.

«Ces résultats corroborent beaucoup d’autres observations faites par le passé par d’autres études», notent les chercheurs, «où la sphère mémétique était décrite comme dominée par les hommes jeunes et blancs». Par ailleurs, il est vrai que, de manière générale, des sites comme Reddit ou 4chan, réservoirs à mèmes, sont alimentés par des hommes plutôt jeunes.

Des résultats beaucoup plus parlant qu’ils n'en ont l’air, selon le Washington Post. Ces conclusions expriment beaucoup «non seulement à propos de l’inclusion et de la diversité des espaces en ligne, mais aussi à propos du pouvoir et de l’information à l’intérieur de ces espaces: qui en sont les gardiens, qui détermine ce qui est cool […]». Internet répliquerait dont les biais et les travers qui existent dans la vraie vie.

Depuis longtemps, les mèmes font face à d'autres critiques, notamment sur l’utilisation de l’image d’une personne qui, a priori, n’avait rien demandé. On peut citer le «Bad Luck Brian», une simple photo d’un jeune homme devenu symbole de la lose sur Internet, ou encore la petite Mariah Anderson, âgée de 2 ans et atteinte d’une maladie rare et dont l'une des photos a provoqué les moqueries sur Internet.

Mais le Washington Post rappelle aussi que certains mèmes ont fait la promotion de la diversité et des minorités. Par exemple, le «Successful Black Man» permet de démonter les stéréotypes véhiculés sur les Afro-Américains.

Slate.fr

Newsletters

Quand des penseurs américains expliquaient que le vote ne concernait pas les femmes

Quand des penseurs américains expliquaient que le vote ne concernait pas les femmes

Dans les années 1900, des plumes comme Clark, Rogers ou Abbott écrivaient que les femmes étaient trop ignorantes pour pouvoir prendre part à la vie politique.

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

J'ai redécouvert le football en regardant la Coupe du monde des femmes

Avec elles, aucune interruption intempestive pendant les matchs pour cause de faute supposée ou d'animosité.

L'hyperémèse gravidique, quand la grossesse tourne au calvaire

L'hyperémèse gravidique, quand la grossesse tourne au calvaire

Mal connue du personnel soignant, cette pathologie entraînant notamment des vomissements intenses est rarement diagnostiquée et peut susciter un profond désarroi chez les patientes touchées.

Newsletters