Sciences

S'ils existent, les extraterrestres ont probablement la taille d'un ours polaire, affirme un chercheur

Temps de lecture : 2 min

Litte aleinn / Bruce Fingerhood via Flickr CC License By
Litte aleinn / Bruce Fingerhood via Flickr CC License By

Nous n’avons toujours pas de preuve de l’existence d’une vie extraterrestre, mais au moins un chercheur est formel sur un point: s’il y a d’autres créatures dans l’univers, il est probable qu’elles soient plus grandes que nous.

Dans un article publié sur le site arXiv, le cosmologue Fergus Simpson spécule sur la taille probable des extraterrestres doués d’intelligence, et en utilisant un modèle mathématique, arrive à la conclusion qu’ils font autour de 300 kg.

Le raisonnement est le suivant, explique Newsweek: le chercheur affirme qu’il est probable qu’il y ait, comme sur Terre, plus d’animaux très petits que très grands. Et donc qu’il y ait beaucoup plus de planètes habitées par des êtres petits que des êtres de grande taille. Les êtres humains feraient partie selon ce raisonnement du club des espèces intelligentes très petites...

Autre argument en faveur de son hypothèse: les animaux de grande taille vivent plus longtemps, et cette longévité augmenterait la probabilité qu’ils aient inventé des techniques pour entrer en contact avec les habitants d’autres planètes –nous. Si nous sommes amenés un jour à croiser le chemin des habitants d’une planète voisine, alors ils seront sans doute bien plus grands que nous, et seraient de la taille d’un ours polaire.

Si vous avez une phobie des ours ou des gros extraterrestres, rassurez-vous cependant: selon Duncan Forgan, un physicien interrogé par Newsweek, les conclusions du cosmologue sont à relativiser.

Le modèle ne prend pas en compte certaines variables comme la gravité des planètes: or plus celle-ci est importante, plus les animaux ont de probabilité d’être petits, et inversement.

Pour Seth Shostak, un astronome qui s’est lui-même prêté par le passé à l’exercice de prospective sur l’aspect d’éventuels extraterrestres, le résultat est «intéressant, mais il n’y a pas vraiment de données concrètes sur lesquelles travailler» pour soutenir l’affirmation de Fergus Simpson. Après tout, constate le chercheur, «les ours polaires sont grands mais ils n’écrivent pas de grande littérature, ni ne construisent d’antennes radio».

Slate.fr

Newsletters

Une enfance difficile aide-t-elle à mieux détecter les mensonges?

Une enfance difficile aide-t-elle à mieux détecter les mensonges?

Comment nos conditions de vie au plus jeune âge pourraient conduire à une spécialisation de nos capacités cognitives.

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

On a enfin trouvé la technique pour casser un spaghetti en deux

Et pas en trois, ni en quatre. C'est important.

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

«Une telle histoire est-elle classique dans le milieu des sexfriends?»

[C'est compliqué] Cette semaine, Lucile conseille Y., une jeune femme qui s'interroge sur la véritable nature de la relation qu'elle vit avec son sexfriend.

Newsletters