Partager cet article

Vous savez ce qui n'est pas hipster du tout? Fumer

Photo issue de la page Facebook de Commune

Photo issue de la page Facebook de Commune

Aux Etats-Unis, une campagne anti-tabac cible spécifiquement les hipster.

Depuis 2o11, l'institut national de la santé américain a dépensé cinq millions de dollars pour que les hipsters arrêtent de fumer, rapporte le Washington Post. En partenariat avec une agence de pub, la campagne a été complètement adaptée à la population ciblée: au lieu d'un message classique sur les risques du tabac pour la santé, l'agence a créé Commune«un mouvement d'artistes, de designers, de musiciens et de gens qui luttent contre l'industrie du tabac et sa présence dans le milieu artistique».

Il s'agit donc de rendre l'anti-tabagisme cool, alternatif et militant. Le projet est actuellement testé à San Francisco, San Diego et Burlington dans le Vermont. Dans ces trois villes, Commune organise régulièrement des soirées avec groupes de rock alternatifs et t-shirts anti-tabac créés par des artistes locaux. Le tout est financé par les autorités sanitaires fédérales qui travaillent en partenariat avec une centaine de musiciens et artistes.

Pour Pamela Ling, la spécialiste en santé publique (et ancienne participante à l'émission The Real World sur MTV) qui est à l'origine du projet, «dire que fumer est mauvais pour la santé ne touche pas [les hipsters]. Par contre ils sont intéressés par la justice sociale et l'expression artistique».

L'autre idée marketing de la campagne est donc de lier la lutte contre le tabac à une thématique anticapitaliste: «L'industrie du tabac contribue à la faim dans le monde, à la déforestation et à des politiques néo-conservatrices», explique le site Internet de Commune. 

Le directeur de Rescue Social Change, l'agence de marketing embauchée par le gouvernement pour la campagne explique la stratégie à un journal de San Diego:

«Les valeurs de l'industrie du tabac ne correspondent pas aux valeurs chères aux hipsters. Si vous êtes vegan parce que vous aimez les animaux, mais que vous fumez des cigarettes qui ont été testées sur des animaux, ça ne marche pas.»

Commune organise aussi des groupes de soutien dans lesquels les jeunes sont payés environ douze dollars pour chaque semaine où ils ne fument pas, et peuvent avoir des substituts nicotiniques gratuits.

Si le pilote fonctionne dans les trois villes de départ, il pourrait être étendu à d'autres capitales hipster, comme Brooklyn ou Austin. 

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies pour réaliser des statistiques de visites, vous proposer des publicités adaptées à vos centres d’intérêt et nous suivre sur les réseaux sociaux. > Paramétrer > J'accepte